Résultats des élections législatives.


Chers amis,

D’après les résultats dont je dispose, je n’ai pas réussi à faire gagner nos idées et nos valeurs. Bien sûr, je regrette la division de la gauche, durant ces législatives, mais j’assume cette défaite.

Je suis triste de ne pas pouvoir représenter tous les citoyens que j’ai rencontré dans cette campagne, celles et ceux qui ont voté pour moi, vous évidemment qui vous êtes tant engagés dans cette campagne.

Je suis fière du travail que nous avons mené ensemble et je vous en remercie du fond du coeur.

Je veux en particulier saluer Gaëlle, les équipes de porte-à-porte, de collage, les bénévoles du local de campagne, Frédéric et tous les militants de Loire et Sillon.. Merci à tous, du fond du cœur.

La vague nationale était haute et notre circonscription n’est pas une île.

Loin des apparences, la crise démocratique, politique, sociale et institutionnelle que traverse notre pays n’a jamais été aussi profonde et si le pouvoir échoue à entendre l’aspiration de plus en plus désespérée à la justice sociale de beaucoup de Français, cette crise deviendra dangereuse pour notre pays.

La foudre démocratique peut frapper encore.

Le peuple ne nous a pas jugé dignes du mandat qu’il nous avait confié il y a 5 ans. Nous devrons faire le bilan. Il faudra faire le bilan, puis nous devrons reconstruire.

Il nous faudra reconstruire la gauche, parce que nos belles idées de justice, d’égalité, de liberté, de solidarité doivent vivre.

Il faudra reconstruire la gauche, parce que ceux qui n’ont que leur force de travail pour vivre ont besoin d’être défendus.

Il faudra reconstruire la gauche, en faisant tomber les frontières entre des appareils, en s’ouvrant aux intellectuels, en sortant de nos petits conforts, en écoutant davantage les souffrances, les colères et les idées nouvelles.

C’est un combat long qui s’ouvre pour que la gauche vive. Je resterai une militante.

Je continuerai à exercer mes fonctions d’adjointe à la ville de Saint-Nazaire pour porter le mandat que les nazairiens ont donné à la gauche unie lors des dernières municipales.

Je prendrai un peu de repos et de temps avec les miens dans les prochaines semaines.

Jean Jaurès disait que le courage c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense.

Je vous remercie d’avoir eu ce courage. Merci à tous. Merci pour cette campagne, merci de m’avoir accompagné dans ce combat.

6 raisons de voter pour Laurianne Deniaud dimanche


1) Parce qu’elle porte les valeurs de la gauche

Une élection législative, c’est le choix d’un projet de société, d’une vision du monde. Vous avez le cœur à gauche ? C’est le moment de faire entendre vos idées. Laurianne Deniaud porte avec fierté les valeurs de la gauche qu’on aime, qui nous rassemble et qui nous ressemble, ancrée dans le monde du travail, soucieuse de l’écologie, attachée aux services publics de proximité et tournée vers l’avenir. Une gauche constructive pour faire avancer la France et pour l’Europe, mais qui saura s’opposer fermement aux mesures injustes (CSG, pénibilité, ISF, droit du travail..). À 35 ans, elle peut faire partie de la génération qui reconstruira la gauche.
>> Découvrez toutes les propositions de Laurianne

2) Parce que c’est la seule qui peut gagner à gauche !

Le président de la République devrait disposer d’une majorité écrasante. À quoi servirait l’élection d’un député du parti LREM de plus ou de moins ? Faisons vivre la diversité à l’Assemblée nationale là où la gauche peut l’emporter. Au second tour, face à la candidate du parti LREM, seule Laurianne Deniaud peut rassembler assez largement pour faire gagner la gauche : il faut donc se mobiliser pour elle dès le premier tour ! Pour faire gagner la gauche, contre la droite et l’extrême-droite.

3) Parce qu’ici, le parti EnMarche ! marche surtout vers la droite.

La candidate du parti LREM a choisi comme suppléant un des opposants les plus systématiques à la politique solidaire menée par la gauche à la mairie de Saint-Nazaire. Il revendique cette opposition jusque sur la profession de foi. Il s’oppose très régulièrement au logement social, ignorant tout des réalités sociales de notre circonscription. Leur arrière-pensée, c’est de battre la gauche aux municipales à Saint-Nazaire. Lors du débat, alors qu’elle a esquivé la plupart des questions précises qui lui étaient posées sur les sujets importants pour notre circonscription, la candidate LREM a systématiquement défendu les mêmes points de vue que l’autre candidate de droite sur les sujets économiques et sociaux.

>> Revoir le débat

4) Parce qu’elle renouvelle vraiment les pratiques politiques

La transparence et la participation, certains partis en parlent, Laurianne en fait des actes. Elle est la seule candidate dans notre circonscription à avoir publié son patrimoine, ses revenus et son budget de campagne et à avoir co-construit avec les citoyens une charte de législature, pour rénover notre démocratie et qui lui permettront de proposer des amendements pour améliorer la loi de moralisation de la vie publique. Elle a répondu avec transparence et clarté aux questions posées par les citoyens durant la campagne, elle a participé au débat entre les candidats du premier tour, qu’elle a été la première à proposer. Tou-t-e-s les candidat-e-s peuvent-ils en dire autant ?

>> Lire le portrait de Laurianne Deniaud dans Konbini

5) Parce qu’elle est prête pour devenir députée

Un mandat de député ne s’improvise pas. Le député doit proposer, amender et voter la loi et contrôler le gouvernement. Il est seul dans l’hémicycle, seul quand il doit aller arracher une décision dans un ministère. Cela nécessite une expérience forte. Laurianne Deniaud a travaillé plusieurs années pour le développement des quartiers en difficulté, en y accompagnant entreprises et associations. Elle s’est engagée jeune dans le monde associatif. Depuis 3 ans, en tant que première adjointe à Saint-Nazaire, elle gère des dossiers importants. Elle connaît les institutions et le fonctionnement de l’appareil d’Etat : elle sera une députée solide et sérieuse, opérationnelle immédiatement, libre et indépendante, qui ne sera pas là que pour appliquer des consignes.

>> En savoir plus sur le parcours de Laurianne

6) Parce qu’elle sera une députée utile pour notre territoire

Une législative est une élection nationale, mais beaucoup de dossiers locaux dépendent de décisions nationales. Laurianne Deniaud connaît tous les dossiers importants de notre territoire. Elle a le soutien de la  majorité des représentants du territoire,  élus, maires, conseillers départementaux, issus ou non de son parti. Elle a choisi un suppléant de Savenay. Elle travaille en équipe. Elle connaît et rencontre régulièrement les élus, les professionnels, les syndicats, les associations et les citoyens. Son bilan à la mairie de Saint-Nazaire prouve qu’elle tient parole, sur la démocratie participative, sur le logement pour tous, sur l’amélioration du cadre de vie. Vous pouvez lui faire confiance pour défendre avec énergie notre territoire.

Projets de loi sur la moralisation de la vie politique : des avancées importantes, des manques à combler


Le garde des sceaux François Bayrou a dévoilé cet après-midi le contenu des différents textes de moralisation de la vie politique. Je salue les avancées prévues par ces textes. De nombreuses mesures, sur le cumul des mandats,  sur la probité des élus, les emplois familiaux ou la réserve parlementaire vont dans le bon sens. Elles correspondent d’ailleurs pour beaucoup à des engagements que j’avais pris dans la charte de législature que j’ai présenté après un travail de co-construction avec les citoyens.

Je soutiendrai ces dispositions.

Je souhaite cependant que ce texte soit précisé et enrichi sur certains points pour lutter contre la corruption. Si je suis élue députée, j’agirai pour amender ces textes dans le sens d’une transparence renforcée sur le patrimoine et les intérêts des parlementaires et pour la transparence sur l’identité des gros donateurs des formations politiques et des campagnes électorales. Je serai attentive à ce que les dispositions destinées à diminuer l’influence des lobbies soient au niveau des enjeux.

Commande pour les chantiers de Saint-Nazaire : une bonne nouvelle qui doit bénéficier à l’emploi local


Je me réjouis de la confirmation de 4 commandes pour les chantiers navals de Saint-Nazaire annoncées lors de la cérémonie de transfert de pavillon du MSC Meraviglia, en présence du président de la République et à laquelle j’ai assistée cet après-midi. Avec 18 paquebots, le carnet de commande est exceptionnel pour nos chantiers : c’est le résultat du travail acharné et des sacrifices fait par les ouvriers, les ingénieurs, les créateurs, toutes les femmes et hommes au savoir faire unique. C’est grâce à eux que Saint-Nazaire fabrique les plus grands paquebots du monde.

Beaucoup d’inquiétudes s’expriment encore sur l’avenir des chantiers.  Les intentions du Président de la République sur une possible évolution de la composition du pacte d’actionnaire sont positives puisqu’elle permettrait d’aller au-delà des garanties obtenues lors de la revente de STX France à Fincantieri. Il faudra être attentifs à leur traduction dans les faits.

Au-delà de la gouvernance de l’entreprise, nous aurons besoin d’un Etat jouant tout son rôle, comme actionnaire comme dans son rôle politique, et qui se montre volontariste sur certains dossiers :

  • L’emploi local, la formation et les conditions de travail. Le carnet de commande exceptionnel doit permettre aux chantiers de s’engager durablement avec les entreprises du bassin d’emploi. Un vaste plan de formation professionnelle doit être engagé : le chômage reste trop élevé sur notre bassin d’emploi. Les efforts consentis en responsabilité par les salariés dans le passé doivent être pris en compte lors des prochaines évolutions salariales. L’annonce d’un moratoire sur le compte pénibilité n’est pas satisfaisante pour des salariés aux conditions de travail parfois difficiles.

  • La question du travail détaché. La directive doit être révisée avec fermeté pour encadrer son utilisation et pour harmoniser les prestations sociales par le haut. Les contrôles de l’inspection du travail doivent être beaucoup plus rigoureux pour que les abus cessent.

  • Le développement de la filière énergies marines renouvelables dans laquelle nos chantiers se sont engagés suppose qu’une solution soit trouvée aux retards pris suite aux recours multiples contre les parcs éoliens. La transition énergétique et les emplois qui y sont liés ne peuvent subir une telle obstruction.

Si je suis élue députée, c’est avec cet esprit, sérieux, constructif, déterminé à porter les intérêts de la France, des travailleurs et du bassin d’emploi que je souhaite travailler avec le gouvernement sur le dossier de la construction navale.

Discours lors du forum citoyen


Plus de 250 personnes ont participé à la réunion publique organisée à Saint-Nazaire mardi 23 mai. Voici le discours que j’ai tenu en introduction du forum citoyen et des questions/réponses avec la salle. (suite…)

Forum citoyen – Réunion publique à Saint-Nazaire, mardi 23 mai à 20H


Mardi 23 mai à 20H, rendez-vous au Salon République (1er étage du Paquebot, avenue de la République) à Saint-Nazaire pour une réunion publique de la campagne de Laurianne Deniaud et Frédéric Pilorge, en présence notamment de Marie-Odile Bouillé, députée, David Samzun, maire de Saint-Nazaire, de Philippe Grosvalet, président du conseil départemental et de Yannick Vaugrenard, sénateur.

(suite…)

Digue de Méan : un aménagement indispensable face aux risques littoraux


Avec les “Flâneries du Brivet”, nous fêterons ce soir les nouveaux aménagements de Méan-Penhoët. Je suis très heureuse que nous livrions aux habitants une réalisation issue de la concertation, indispensable et qui va améliorer le cadre de vie.

Le changement climatique et les risque littoraux ne sont pas une menace abstraite et lointaine. À mesure que le climat se dérègle avec des tempêtes plus violentes et imprévisibles, avec la montée du niveau de la mer, la prévention des risques littoraux devient un enjeu majeur pour protéger les habitants des côtes et leurs biens.

C’est dans ce contexte, suite à la tempête Xynthia notamment, que Saint-Nazaire s’est engagée dans la construction d’une digue pour protéger le quartier de Méan, particulièrement exposé à des inondations liées au débordements du Brivet, à proximité de l’estuaire. Les circuits d’eaux pluviales ont été rénovés, des pompes mises en place, une digue et des portes mobiles aménagées, pour un coût de 1,3M€.

Nous avons choisi de faire de cette nécessité une chance pour le quartier, en construisant une promenade arborée, des espaces de loisir et de convivialité. C’est le travail de concertation, d’écoute et de participation avec les habitants qui a permis de métamorphoser un ouvrage technique en une promenade que certains appellent déjà le “petit front de mer”.

En l’état actuel des choses, ce que nous avons pu faire à Méan-Penhoët ne serait pas possible partout demain. Si la montée des eaux et le changement climatique se poursuivent et s’accroissent, beaucoup de villes et villages, de maisons et d’immeubles, dans toute la France comme dans notre circonscription (particulièrement proche du niveau de l’eau) devront être protégées.

C’est pour cela que je défendrai demain, si je suis élue députée, une lutte déterminée pour l’application des accords de Paris (COP 21), la réduction des gaz à effets de serre, mais également pour la mise en place d’une véritable stratégie nationale et de financements suffisants à l’échelle du pays pour faire face aux effets concrets du changement climatique.