Partager

C’est ça le plan banlieue?


publié le 20 novembre 2008 - Commentaire : 0 - Catégories : MJS


Le samedi 24 octobre dernier, le conseil national du MJS accueillait Christophe Paris le directeur de l’AFEV afin d’ouvrir un chantier national sur l’éducation.

L’association fondation étudiante pour la ville à été crée il ya plus de 18 ans afin d’accompagner les jeunes notamment des quartiers populaires dans leur scolarité. Dans les centres socioculturels, les maisons de quartier , au domicile des enfants , chaque soir, des étudiants prennent du temps pour discuter de la journée d’école qui vient de s’écouler, des relations avec les potes et les profs, des ambitions et rêves de ces collégiens et lycéens. Des jeunes donnent de leur temps pour aider à la compréhension d’un texte, d’un exercice de Math. Quand je suis entrée à l’Université j’ai rejoins ces bénévoles. Je retiens de mon engagement à l’AFEV les liens de confiance tissés petit à petit avec les parents de Naima , les discussions enflammées autour du thé sur la rénovation urbaine du quartier ou ils vivaient , les tupperawres de couscous préparés avec affection pour nourrir l’étudiante que j’étais pendant la semaine.

Aujourd’hui , le gouvernement outre ses attaques successives contre le service public de l’éducation, s’en prend à l’education non formelle. En effet , “L’Afev, premier réseau d’accompagnement à la scolarité dans les quartiers, vient d’apprendre que la subvention convenue pour l’année 2008 avec le ministère de l’Education nationale sera amputée d’un quart de son montant . Le non-respect des engagements du gouvernement risque d’entraîner l’arrêt immédiat de nombre d’actions de terrain. Des milliers de bénévoles que notre association ne pourrait plus accueillir, des milliers de jeunes qui ne pourraient plus être soutenus.

Alors que les besoins en terme d’accompagnement à la scolarité , de soutien à la parentalité n’ont jamais été aussi importants, la droite parie sur l’affaiblissement de l’éducation nationale et la disparition des associations d’éducation populaires.

Regis Juanico , député de la Loire interpelle le ministre de l’éducation sur « la liquidation de l’éducation populaire ».

Il y a quelques mois , Fadela Amara nous promettait un énième”plan les banlieues”, le soutien aux acteurs de terrain, à la vie associative. On dirait bien qu’une fois de plus le gouvernement ne tient pas ses engagements, qu’une fois de plus les habitants des zones de relégation sociale, les associations qui travaillent chaque jour pour plus de solidarité sont les laissés pour compte du système.

Laisser un commentaire