Qu’en pensez vous ? On y va ?


Ce week-end s’est tenu la « commission de validation des cartes », qui précède le congrès du MJS. Je veux profiter de ce rendez-vous à la fois méconnu et mythifié dans le folklore militant de notre organisation pour vous en dire plus sur les changements que je vous propose de construire. Et puis, paraît-il, les temps sont à la rénovation 🙂

Il s’agit que nos instances et nos espaces de militantisme soient moins des scènes de théâtre interne et plus des outils d’organisation, de débat, de réflexion et d’action pour les jeunes qui s’engagent à gauche.

Voici plusieurs des pistes que je vous propose pour mettre les jeunes au cœur de notre mouvement.

Créer les « réseaux » pour faire vivre notre mouvement auprès de tous les jeunes.

Ados ou jeunes actifs, lycéens ou étudiants, jeunes des cités, des villes ou des campagnes, tous les jeunes n’ont pas la même vie. Notre mouvement ne représente pas assez tous ces jeunes aujourd’hui. Je souhaite que nous inventions un cadre d’engagement, de débat et d’action à des jeunes qui ne sont pas parmi nous aujourd’hui.

En créant des réseaux, lycéens, étudiants, jeunes actifs, cités en mouvement et peut être d’autres demain, nous pouvons accueillir tous les jeunes et diversifier nos expressions sur des thématiques qui sont aujourd’hui trop peu abordées par le mouvement.

J’imagine ces réseaux comme des espaces souples, horizontaux, en réseau, vivront au côté de la fédération et du secrétariat national, sans se substituer à leur légitimité, mais en enrichissant leur action et leur réflexion. Nous pourrions lancer les premiers de ces réseaux dès notre congrès, à la fin du mois de novembre. Il faut discuter de ceux que nous devons mettre en place, et de voir comment ils peuvent fonctionner concrètement.

Une adhésion plus simple.

Notre bonne vieille carte d’adhérent et ses trois volets prédécoupés est un peu archaïque, il faut bien l’avouer. Elle nous fait perdre beaucoup de temps. Elle ne rend pas facile ni rapide la remontée des fichiers et donc l’envoi d’informations aux adhérents. Sans parler des changements d’adresse, de la politique de ré-adhésion, des fastidieuses soirées de saisie. Nous pouvons faire bien mieux, pour l’adhérent, pour la fédération comme pour le mouvement.

Parce que nous devons avoir l’ambition d’une organisation plus massive, je ne veux plus qu’il y ait le moindre obstacle à l’adhésion. Nous devons susciter l’envie pour les adhérents de ré-adhérer et de faire venir leurs amis, parce qu’ils se sentiront chez eux dans leur mouvement.

Les jeunes utilisent aujourd’hui principalement le net pour contacter les jeunes socialistes. Ils doivent pouvoir adhérer, payer et ré-adhérer directement en ligne.

Le MJS a veillé à ce que dans La CooPol, le réseau social des socialistes, les jeunes socialistes aient leur espace, et que cet espace permette demain à l’adhérent de gérer lui-même ses informations de contact. La carte d’adhérent pourrait devenir permanente et etre envoyée par le national à l’adhérent accompagnée d’un kit de bienvenue au MJS.

Il nous faudra imaginer un nouveau système de cotisations à partir de ce paiement en ligne. Comment faciliter l’adhésion, assurer la justice sociale, financer l’action des fédérations à partir d’un paiement en ligne ? Voilà plusieurs sujets sur lesquels l’opinion et l’expérience de chacun est la bienvenue. Je suis également très attentive à ce que l’adhésion en ligne permette de bien nous assurer du caractère individuel de l’adhésion.

Si nous gérons bien ces sujets, nous pourrions mettre en place cette réforme de l’adhésion dès le 1er janvier 2010.


Une meilleure relation avec les adhérents

Nous devons améliorer l’information et les échanges avec les adhérents du mouvement. La CooPol et un fichier national des adhérents peuvent nous aider à développer des lettres d’informations générales et thématiques en fonction des intérêts des adhérents. Les fédérations pourront elles aussi gérer directement les listes mails de leurs adhérents et sympathisants.

Demain, nous réfléchirons aussi à ce qu’il est possible de mettre en place en matière de gestion des SMS. Nous pouvons aussi utiliser Internet pour consulter directement les adhérents sur des sujets donnés.

La question du journal national papier se pose. Qu’en pensez vous ? En sachant que le coût d’impression, d’envoi et de conception d’un tel journal interne, sans parler du temps passé, est très lourd pour notre organisation et représente potentiellement des centaines de milliers de tracts et d’affiches de moins à la disposition des militants, que faut-il faire ? Est il absolument nécessaire de l’imprimer ou un envoi électonique peut il suffire ?

Toutes ces pistes ne sont pas exhaustives, ni totalement précisées. C’est aussi ma conception du débat et de l’animation politique : livrer des pistes de réflexion ouvertes, les soumettre à la discussion, et chercher à en tirer le meilleur pour l’action. Parce que je suis déterminée à faire bouger notre mouvement, à le rendre plus vivant, plus ouvert.

Alors, qu’en pensez vous ? On y va ?

4 comments on “Qu’en pensez vous ? On y va ?

  1. 5 octobre 2009 Kevin bode

    C’est avec enthousiasme et grand plaisir de lire tes propos que je dis sans hésiter : “on y va”

    Répondre
  2. 5 octobre 2009 nicolas

    On y va!! Oui aux réseaux thématiques, oui au réseau social! Internet ne change pas tout, mais l’esprit de ces idées est évident: l’horizontalité et la mise en réseau c’est le débat, l’ouverture, l’épanouissement des militants qui s’impliquent comme ils le veulent dans leur engagement!

    Répondre
  3. 5 octobre 2009 Julien

    Salut camarade,

    Tes interrogations sont légitimes, et méritent débat. Il est sur que les pratiques militantes évoluent, et les réseaux prennent toute leur place ces derniers mois. Sans mettre de côté les démarches classiques militantes, diff, collages, le poid d’internet déjà, est non négligeable. Une réflexion qui alimentera la tienne, je l’espère. C’est la finalité de l’action politique. Je crois que, sans nous les approprier, nous avons la force de coordonner, sans les contrôler, les multiples initiatives inter orgas, dans lesquelles nous devons plus que jamais prendre toute notre place.

    Je veux dire par la que nous sommes assez pointus pour enraciner dans nos réseaux, un nombre important de mobilisations locales, par exemple, et ainsi rester au coeur de l’action.

    Cordialement.
    Julien. 91

    Répondre
  4. 5 octobre 2009 gregory

    slt laurianne, 2 petites questions combien d’adhérents à le MJS officiellement pour ce congrès?
    la deuxième concerne ta réfelxions sur le temps des conquetes.
    je t’apporte ma réflexion. Pour moi il faudrait retrouver ce journal papier qui é un lien avec les militants bioen mieux qu’une feuille électronique. De plus que faisons nous de la fracture numérique (thème cher au MJS à une époque). En effet, l’ensemble des jeunes n’ont pas accès à internet dans notre pays!!

    Répondre

Laisser un commentaire