Discours de candidature à la présidence du MJS


Chers amis, chers camarades

Notre rôle aujourd’hui dans notre congrès est important : celui du choix de celui ou celle qui va animer, et représenter le mouvement pour les deux années qui viennent.

Je suis fière de la maturité collective que nous avons atteint dans ce congrès. Je suis fière de tous les jeunes socialistes.

Et si je m’engage aujourd’hui, c‘est pour proposer un chemin, proposer un chemin aux jeunes socialistes.

Notre objectif, c’est de gagner. Gagner pas pour rien ! Pas juste gagner pour gagner ! Mais gagner pour changer la société. Nous sommes socialistes. Il y a des français qui ont besoin de la force que nous pouvons représenter. Ils ont besoin d’être protégés, ils ont besoin d’être défendus.

Nous ne pouvons plus accepter les licenciements massifs de salariés dans des entreprises profitables.

Nous ne pouvons plus accepter le chômage de masse des jeunes, l’exclusion, les ghettos, la précarité.

Nous ne pouvons plus accepter que des milliers de jeunes sortent sans diplôme de notre système éducatif.

Et si nous aspirons, et si nous revendiquons la prise du pouvoir, c’est pour rendre les pouvoirs économiques, sociaux, politiques à la majorité de la population qui en est aujourd’hui privée par les intérêts des quelques uns des français les plus riches. Tous les jeunes socialistes, je le crois, partagent cette volonté : prendre les pouvoirs pour les rendre à ceux qui n’auraient jamais dû en être privés.

Voilà notre objectif.

Et la stratégie alors ? C’est tout simplement une stratégie de conquête du pouvoir !

Il s’agit de construire, et nous avons deux ans pour cela, un mouvement puissant pour préparer une bataille de terrain massive dans la perspective de 2012. Nous devons tout faire pour nous donner les moyens de ces ambitions.

Pour cela, nous allons faire des jeunes socialistes un mouvement plus ouvert, et tisser un réseau massif de sympathisants. Un mouvement qui permet davantage à des jeunes de s’investir à nos côtés sur une mobilisation, sur une action, sur une thématique et pas seulement en s’encartant.

Nous allons préparer la présence des jeunes dans les primaires en créant des outils qui permettront à chacune et à chacun de s’impliquer et de participer aux primaires de la gauche.

Et, sur le fond, pour convaincre ces centaines de milliers de jeunes, nous devons construire et offrir à la famille socialiste un ensemble de propositions pertinentes et adaptées aux jeunes de la France de 2012.

Comment allons nous faire tout cela ?

On a beaucoup entendu parler de rénovation et de refondation dans notre Congrès. Nous avons nous-même fait des propositions dans notre plan d’action.

On a dit « le mjs doit changer » « il faut rénover » « Il doit passer au 2.0 » « il doit être plus en mouvement » « il doit être plus ouvert sur l’europe » « il faut faire plus de place à l’initiative des militants ».

Je vais vous faire une confidence. Non seulement je le pense, mais j’ai même trouvé que certaines des propositions que j’ai entendues durant le congrès étaient un peu timorées, un peu timides et qu’on avait besoin d’aller beaucoup plus loin. Alors si vous le voulez, nous allons transformer en profondeur notre mouvement. Il faut que partout, tout le temps, chacun d’entre nous porte et insuffle cet esprit dans le mouvement.

Certains le savent peut-être. Je viens du militantisme associatif, de l’éducation populaire. Ce qui compte beaucoup pour moi, c’est le réel, c’est ce que l’on fait, c’est ce qui se passe. Je vous le dit, faire changer le MJS, ce n’est pas un slogan, c’est quelque chose que nous allons faire et faire vraiment et faire maintenant !

Je vous propose que nous engagions immédiatement le pacte du mouvement, cette grande transformation de notre organisation. Je veux que nous mettions l’adhérent au centre du mouvement et que nous accueillons tous les jeunes. Voilà les objectifs de ce pacte que je vous propose aujourd’hui, qui m’engage et qui nous engage si vous le décidez.

Avec ce pacte du mouvement, nous allons mettre en œuvre de nombreux changements : adhésion directe sur Internet, création de réseaux d’action et de réflexion, place des sympathisants, outils d’organisation numérique, initiative militante, réforme des instances, formation et communication plus directe et plus régulière., action européenne et Internationale.

Mais je veux aller plus loin et faire ce changement en associant les différentes sensibilités. Nous voulons rassemblement des jeunes socialistes et je propose aux premiers signataires des différentes motions de travailler concrètement, dès demain, à la mise en œuvre et au suivi de ce Pacte. Voilà une démarche d’unité, de changement et d’action !

Nous soumettrons demain au vote une liste de membre du bureau national qui nous permette de constituer une équipe largement renouvelée, qui porte cette énergie, cette volonté et qui permette de représenter cette pluralité.

Nous allons devoir proposer et convaincre. L’antisarkozysme n’a jamais fait une politique et nous avons bien autre chose à faire.

C’est pourquoi nous allons engager un travail de fond destiné à la préparation de 2012 et destiné à renouveler la pensée de notre famille politique. Nous devons proposer un nouveau modèle de développement et aller chercher les idées nouvelles qui feront la société des années 2020.

C’est pourquoi, dès début 2010 nous lancerons la première d’une série de conventions pour penser ensemble ce modèle. Chacune de ces conventions sera précédée d’un large débat dans les fédérations et sur Internet. Nous ferons la somme de toutes ces propositions en 2011 lors d’une convention finale où nous remettrons ces propositions aux candidats aux primaires.

Nous devons faire ce travail de fond, dans un esprit ouvert, positif, efficace. Nous devons être cette gauche qu’attendent les jeunes. Une gauche diverse, une gauche moderne, une gauche qui n’ait pas peur de son ombre et qui sache être radicale quand il faut l’être. Une gauche qui se renouvelle. Une gauche qui invente et qui crée et qui fasse de la place à chacun de ses fils et fille. C’est cela, inventer la gauche dont vous rêvez. C’est reconnaître la place de chacun, dans notre collectif. Il y a de la place pour chacun chez les jeunes socialistes.

Chers camarades

Je suis candidate devant vous.

Je ne vous cacherai pas que je suis émue. Je me rappelle de mes premières réunions au MJS en Loire Atlantique. Que de luttes, que d’heures passées au téléphone ou dans des réunions. J’ai été animatrice fédérale. J’ai été majoritaire et minoritaire dans ma fédération. J’ai connu les instances nationales. J’ai connu des combats formidables, contre le CPE, des victoires électorales, et Benjamin, Chloé je n’oublierai jamais cette soirée du 21 mars 2004 où nous avons battu Fillon en Pays de Loire et où nous faisions la fête place Royale avec des centaines de jeunes.

J’aime notre mouvement. C’est un espace de formation formidable pour notre famille politique et je ne laisserai jamais dire le contraire tant j’ai vu de jeunes qui n’étaient pas prédestinés à devenir des responsables politiques, qui n’avaient pas les réseaux, qui n’avaient pas fait l’Ena. Tant de jeunes qui ont trouvé au MJS la possibilité de devenir des citoyens qui exercent à pleine mesure leur citoyenneté.

Et je me suis déplacé dans beaucoup de fédérations et partout j’ai rencontré d’autres militants qui partagent tous un peu les mêmes doutes, les mêmes questions et les mêmes espoirs.

Et il y a une question quand on doute. Va t on y arriver ? Est ce que tout ça en vaut la peine ?

Ces questions comme chacun je me les suis posées. Et puis j’ai trouvé un début de réponse.

Cette réponse, elle était dans les yeux d’une jeune fille d’Epinay sous Sénart, que j’ai rencontré, qui crée son entreprise pour se sortir de la précarité dans laquelle sont tombés tous ses amis.

Cette réponse, elle était dans la lassitude des jeunes obligés de squatter pour trouver enfin un logement abordable pour eux.

Cette réponse, elle était à Amiens où nous avons rencontré la colère des ouvriers de continental

Cette réponse, elle était dans les yeux pétillants d’un nouveau militant enthousiaste après sa première diff’ avec les jeunes socialistes

Cette réponse, elle est dans le cœur de tous ceux qui luttent et qui espèrent. C’est cette flamme qui nous fait tous nous engager, c’est cette envie de ne jamais considérer qu’un combat est perdu parce qu’on peut toujours le mener, qu’un progrès est toujours possible parce qu’on y croit et parce qu’il suffit de se mettre ensemble pour être plus fort.

Cette magie qui peut nous rassembler et nous rendre si fort ensemble, c’est notre unité, c’est notre solidarité. C’est ce qui fait qu’une attaque contre un des nôtres est une attaque contre nous tous, quelque soit notre sensibilité, notre motion, notre parcours. C’est ce qui nous fait nous dépenser tous ensemble pour nos convictions, sans compter nos heures et notre énergie. C’est la conviction que ce que nous faisons est plus grand et plus fort que nous et qu’il y a des enjeux pour lesquels la défaite n’est pas une option. Voilà l’esprit que je veux que nous portions tous ensemble les jeunes socialistes, parce que ce qui nous rassemble est tellement plus fort que ce qui nous distingue.

Nous avons de grandes batailles à mener. Rassemblons nous, travaillons ensemble, mobilisons nous, préparons les victoires. Dans la confiance, dans l’optimisme, dans l’envie de faire de grandes choses ensemble.

Voilà le chemin que je vous propose d’emprunter.

Pour toutes ces raisons, pour ce projet collectif que nous portons, pour l’espoir que nous mettons dans notre organisation, je me porte candidate à la présidence de notre mouvement.

2 comments on “Discours de candidature à la présidence du MJS

  1. 22 novembre 2009 RICHARD CLaude

    Bon courage! Car quand nous voyons le marasme politique, ceux ( de gauche?) qui passent à droite pour la soupe, celles et ceux qui, au sein du parti Socialiste, en tirant la couverture à eux, font le lit de la droite, nous ne pouvons qu’être dégoûtés du jeu politique. La gauche ne peut gagner que dans l’union; tout le reste est littérature!
    Un papy (72 ans) amer.

    Répondre
  2. 22 novembre 2009 Cochy Danièle

    Félicitations Lauriane

    Quel beau parcours de militante depuis ce temps où déjà dans le verbe et les idées, je t’emmenais au théatre Athénor avec Guillaume, si tu t’en souviens…
    Continue, il y aura du monde pour te soutenir.
    De tout coeur avec toi

    Danièle

    Répondre

Laisser un commentaire