Cette semaine dans BE, je défends la fusion des universités et des grandes écoles


Cette semaine, retrouvez dans Be mon avis et celui de Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC Paris, sur la suppression des grandes écoles.

Faut-il supprimer les grandes écoles ?

Polytechnique, ENA, Normale Sup …

Après le Mouvement des Jeunes socialistes, Eva Joly (EELV) a réclamé la suppression de ces établissements élitistes.

OUI par Laurianne DENIAUD, présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes.

“Les grandes écoles ne jouent plus le rôle qu’elles ont pu jouer historiquement en faveur de la méritocratie républicaine. Elles sont devenues un lieu de reproduction des élites : 68% des élèves sont issus de famille de cadres ou d’intellectuels. C’est pourquoi les Jeunes Socialistes sont en faveur de la fusion des grandes écoles et des universités, afin de lutter contre cette injustice. Nous ne réclamons pas une université au rabais pour tout le monde, au contraire, nous souhaiterions que les facs s’approprient les méthodes d’enseignements des grandes écoles, comme le suivi individualisé des étudiants, le contrôle continu ou les cours en petits effectifs. Il faut repenser tout le système universitaire. Aujourd’hui, les facs n’ont pas assez de moyens pour assurer des formations d’excellence. Il faudra beaucoup de volonté politique, mais l’avenir de notre pays est en jeu. Si la France veut inventer les Google et Facebook de demain, il faut que les jeunes générations soient prêtes à innover.”

NON par Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC Paris.

“Quand il y a un problème dans un immeuble, ce n’est pas en supprimant le dernier étage qu’on arrange l’ensemble de la construction, il faut plutôt s’attaquer aux fondations. S’il y a des inégalités face aux études, c’est surtout au niveau du primaire et du secondaire, dans lesquels on investit pas assez. A HEC, 20% des étudiants sont boursiers, la plupart ont donc une scolarité gratuite. Dans de nombreuses écoles, cette proportion dépasse les 30%. Je fais partie des gens qui croient à l’élitisme républicain et, dans ces attaques envers les grandes écoles, je sens un relent de populisme. Ces établissements sont un facteur de compétitivité pour la France, et ce ne serait pas très intelligent de les supprimer. Le Financial Times a publié, le 9 mai, son classement mondial des meilleures formations de management, et la formation continue d’HEC est arrivée en première position. Plutôt que de s’attaquer à la locomotive de notre système éducatif, il vaudrait mieux s’en inspirer, ce que commencent à faire certaines universités.”

Propos recueillis par Myriam Levain

Laisser un commentaire