Hongrie, l’UMP est-elle complice?


Les dérives graves du pouvoir hongrois ont suscité beaucoup de réactions ces derniers temps. Mais le silence de l’UMP mérite d’être regardé de près. En effet, le parti au pouvoir en Hongrie est allié au parti de Nicolas Sarkozy au niveau européen !
Une nouvelle Constitution est entrée en vigueur en à Budapest le 1er janvier 2012. La “République de Hongrie” y est devenue la “Hongrie”, et la nouvelle constitution comporte désormais cette phrase: “Dieu bénisse les Hongrois”. Le Premier Ministre Victor Orban en a d’ailleurs profité pour constitutionnaliser son opposition à l’avortement et au mariage homosexuel et verrouiller les institutions de son pays tout en cadenassant la presse (l’unique radio d’opposition, Klubradio, s’est vu retirer sa fréquence).

La démocratie en bafouée au cœur de l’Union Européenne

C’est bien la mise au pas de tout un pays qui est organisé aujourd’hui au cœur de l’Union Européenne dans le silence assourdissant des dirigeants européens plus prompts à défendre notre système financier en Grèce ou en Italie que la République en Hongrie.

En France aussi, l’appel d’Alain Juppé à l’Union Européenne pour que celle-ci prenne des mesures fortes à l’encontre du Fidesz ne fait que souligner l’absence de réaction des membres du gouvernement et de l’UMP. Un silence assez compréhensible finalement lorsqu’on sait que le Fidesz est membre du Parti Populaire Européen et que l’organisation de jeunesse du PPE est actuellement présidé par Csaba Domotor, membre de la branche jeune du Fidesz.

Comme l’Internationale Socialiste a su le faire en ce qui concerne par exemple Laurent Gbagbo et son parti le FPI, l’UMP devrait aujourd’hui exiger l’exclusion du Fidesz de Victor Orban du PPE… ou nous expliquer en quoi ils partagent et défendent les positions portées par le Premier Ministre Hongrois dans son pays !

Plus largement l’Union Européenne doit prendre des sanctions fortes à l’égard de la Hongrie, rappelant que ses valeurs sont celles du respect de la dignité humaine, de la liberté, de la démocratie, de l’égalité, de l’Etat de droit et du respect des droits de l’Homme. Toutes choses aujourd’hui bafouées en Hongrie.


Voir l’interpellation de Thierry Marchal-Beck, président des Jeunes Socialistes à Benjamin Lancar sur la présence des Jeunes populaires dans le YEPP, présidé par un Hongrois membre du parti de Viktor Orban

Laisser un commentaire