Le Bourget, Yannick, François, l’oreillette et moi.


Aïe ! Le Petit Journal, ça fait rire quand on le regarde et qu’on est pas dedans 🙂 . Bon, je vais vous expliquer en quelques mots mes petites aventures sur scène au Bourget ce dimanche.

J’avais déjà animé une convention du PS, parlé à la Rochelle, mais rien à voir avec une présentation micro à la main sur une scène immense dans une salle aussi impressionnante, que j’ai découverte le matin même. Pas de problème sur les premiers lancements de vidéos, ni sur l’arrivée de Yannick Noah.

Après la fin de la belle prestation de Yannick et de ses musiciens, le timing était serré. En effet, ses instruments devaient être enlevés de la scène très rapidement pour dégager la piste pour le discours et l’entrée de François Hollande. C’est là qu’il y a eu un petit bug en fait.

Il a visiblement fallu plus de temps que prévu pour sortir les instruments. Enfin, c’est ce que j’ai compris dans mon oreillette. L’expérience de l’oreillette est une chose particulière et en ce qui me concerne c’était une première. C’est précisément au moment où on t’explique qu’il y a un grain de sable dans la machine dans ton oreille gauche et que tu n’entends plus que ça que tu es censée continuer à parler.

Et au moment où tu réalises que tu vas devoir faire durer l’attente pour un temps dont tu n’as pas idée, tu réalises qu’il te reste environ une ligne et demi sur ta fiche. Et là, à l’oreille, on te dit quelque chose du style “Fais durer, meuble”… Le tout devant  25 000 personnes…

Bon, rien de bien méchant, c’est le métier qui rentre comme on dit. Et puis surtout, ce n’est pas cela qui nous a empêché de vivre une après-midi extraordinaire avec un discours vraiment fort et rassembleur de François Hollande.


Il a montré sa capacité à se poser à la hauteur des enjeux qui se posent à notre pays. Il a su parler de la France et proposer des mesures fortes. Il a dessiné les contours d’une présidence nouvelle et différente. Il a porté un message que l’on entendait plus depuis longtemps à ce niveau dans la vie politique française sur l’égalité. Ce discours, le rassemblement, la mobilisation et l’unité de notre famille sont des signes puissants du changement qui vient. A nous d’agir maintenant, sur le terrain, et sans oreillette :-).

4 comments on “Le Bourget, Yannick, François, l’oreillette et moi.

  1. 24 janvier 2012 Adrien

    Hello Laurianne,
    Ha oui…le petit moment de solitude.
    Effectivement toujours plus sympathique de regarder le petit journal que d’être dedans. Ceci dit, avec l’explication, tu ne t’en sors pas si mal ! 😉
    Plein de courage pour la suite, on compte (vraiment) sur vous.
    Et pour le passage sur Nantes, c’est quand tu veux.
    ++

    Répondre
  2. 24 janvier 2012 Horace

    T’as été superbe Laurianne, tu t’en es très bien sortie.
    Bises du Loiret

    Répondre
  3. 24 janvier 2012 Thomas

    Bravo Laurianne pour ton courage.
    Il paraît qu’il faut vivre un désert dans sa carrière pour être présidentiable. ça y est tu peux te présenter ! 🙂
    En tout cas merci pour l’explication. Je ne comprenais pas ce qu’il t’étais arrivé après avoir vécu tes succès (que dis-je : tes triomphes!) à La Belleviloise ou encore à La Rochelle.

    Répondre
  4. 24 janvier 2012 smon

    Ne tinkiete pas tout le mjs14 et derierre toi et puis se son les gens qui ont de importance qui sont detournés dans le petit journal … revient quand tu veux a Caen tu sera toujour la bien venu pr debatre avec nous bisoux a bientôt

    Répondre

Laisser un commentaire