La ville que nous voulons, notre politique de logement et d’urbanisme pour Saint-Nazaire


Chers amis,

Quelques heures après un conseil municipal de Saint-Nazaire marqué par l’intervention de notre maire, David Samzun après les événements qui ont frappé notre pays en ce début d’année et la Marseillaise qui l’a suivie, j’ai souhaité vous diffuser mon intervention.

Capture d’écran 2015-01-30 à 20.15.30

Elle concerne la politique de logement que nous menons à Saint-Nazaire. Un dossier dans Saint-Nazaire Magazine évoque d’ailleurs les projets que nous menons actuellement. Dans une période difficile, faire avancer notre vision de la vie ensemble me paraît essentiel, quand dans le même temps, les élus du Front National se vautrent dans les déclarations sexistes.

Bonne lecture !

* * *

Dossier de presse mis à jour (janvier 2016)

Monsieur le Maire:

Avant de revenir sur les délibérations qui seront présentées au vote, je souhaiterai prendre un instant pour évoquer  sur la politique de logement et d’aménagement de la ville de Saint-Nazaire.

Offrir à tous les conditions de se loger décemment, construire une ville juste durable, solidaire, vivante, agréable, émancipatrice et en lien avec le monde qui l’entoure sont les objectifs de notre politique de logement et d’urbanisme.

C’est au nom de ces principes que la majorité municipale assume depuis plusieurs années une politique volontaire de construction de logements et que nous allons continuer à le faire conformément à nos engagements de campagne.

Pourquoi construisons-nous des logements maitrisés aujourd’hui à Saint-Nazaire ?

Essentiellement pour 2 raisons :

1)Maintenir le dynamisme de notre ville . D’abord parce qu’une ville qui ne construit pas c’est une ville qui se meurt. L’évolution des modes de vie, de l’espérance de vie, les divorces… font que l’on vit moins nombreux par logement : nous étions en moyenne 4 personnes par ménage dans les années 70, nous sommes moins de 2 aujourd’hui. Afin de maintenir la population nazairienne, le dernier plan local d’habitat de l’agglomération nous indique que nous devons construire 400 logements par an minimum : nous tiendrons cet objectif.

A ce propos, après une période plus difficile pour notre ville, notre action porte ses fruits puisque depuis 2011 notre ville gagne à nouveau de la population. C’est une bonne nouvelle pour l’attractivité de notre ville, ce sont plus de rentrées fiscales et de dotations pour assurer le fonctionnement de nos services publics, ce sont plus de consommateurs pour la vie de nos commerces. Oui nous sommes repassé au dessus des 70 000 habitants et c’est une bonne nouvelle pour notre ville

Et puis une politique d’habitat volontaire c’est aussi une politique de soutien au développement économique de notre territoire. Il n’ya pas de développement économique durable sans politique d’habitat offensive pour soutenir l’emploi local et le secteur du BTP pour loger les cadres et les ouvriers des grands donneurs d’ordres locaux comme des PME et PMI .

2) Ensuite pour maitriser le devenir de notre territoire: Notre région va connaître une forte augmentation de la population dans les 15 prochaines années. Les spécialistes s’accordent à dire que 300 000 habitants supplémentaire vont habiter la Loire-Atlantique dans les 15 prochaines années, beaucoup sur le littoral et dans les grandes agglomérations : nous sommes donc concernés et nous ne devons pas subir mais choisir cette évolution car il y a des risques : développement anarchique des zones pavillonnaires, manque d’attractivité de certaines zones, déséquilibres entre générations.

C’est pour cela que notre PLU est exigeant en terme de mixité sociale, c’est pour cela que nous avons choisi de ne pas construire de R+8 sur notre front de mer. Toutes ces questions nous les aborderons avec les Nazairiens dans le cadre de la révision du PLU, désormais accessible sur Internet.

La politique de logement de notre ville nous interpelle grandement sur l’avenir de notre ville.

1) La ville que nous voulons, c’est une ville du vivre ensemble.

Nous ne voulons pas de quartiers ghettos, que ce soit des ghettos de riches ou de pauvres, de jeunes ou de plus âgés : nous voulons la mixité sociale et générationnelle dans tous les quartiers de la ville pour que les enfants aillent dans les écoles ensemble quelle que soit leur origine sociale, que leurs parents se rencontrent…  Le vivre ensemble ne se décrète pas il se construit patiemment.

A Saint-Nazaire, il n’y a pas de quartier réservé au logement social ou de quartier ou le logement privé devrait être la seule offre.

C’est pour cela que nous assumons de faire du logement social à Saint-Marc ou à Sautron, comme nous assumons le développement de logement privés à Ville-Ouest.

A Saint-Nazaire, nous voulons des zones de convivialité, de commerces et de centralité dans chaque quartier, pour que l’on puisse bien vivre sa ville à une échelle de proximité, à pied. Nous voulons aussi un centre ville attractif et peuplé qui soit aussi le patrimoine de tous.

C’est pour cela que nous avons fait la place Nadia Boulanger, c’est pour cela que vous avez voté à l’unanimité notre plan centre-ville. C’est pour cela que nous nous engageons dan la revalorisation de la place Tati à Saint Marc.

Cela suppose une veille et une maîtrise foncière et un encadrement via des orientations d’aménagement pour que la construction se fasse de façon à dessiner la ville, ses évolutions et mouvement. Cela se construit et se dessine dans le temps c’est cela le propre de la ville.

Cela suppose ensuite de lancer des opérations de renouvellement urbain, de logement au cœur de la ville,  en pensant tout ce qui les entoure, les routes et espaces publics, le stationnement et les circulations douces

2) La ville que nous voulons, c’est une ville où chacun peut se loger.

Nous sommes attentifs à ce que l’offre soit adaptée pour les jeunes actifs, les jeunes familles, les étudiants comme pour nos anciens. Notre objectif est clair : nous voulons que ce jeune couple qui choisi de construire une famille puisse trouver à Saint-Nazaire le logement, le toit, le “chez-soi” qui lui permettra d’élever ses enfants en toute quiétude. Nous voulons que cette maman qui élève seule ses enfants et pour qui le budget est serré, puisse à Saint-Nazaire prendre plaisir à voir ses enfants devenir grands dans une ville facile à vivre. Nous voulons que ce couple de cinquantenaire qui vit sa vie à 100 à l’heure, dont les enfants ont quitté le nid et qui est à l’aise financièrement soit fier d’habiter dans une de villes les plus égalitaire de France, une ville au front de mer révélé. Nous voulons qu’un retraité se sente pleinement chez lui ici à Saint-Nazaire.

Nous savons bien à quel point aujourd’hui le coût du logement pèse dans le pouvoir d’achat des Nazairiens. Nous nous battons pour que chacun ait ce “chez soi”, nous nous battons pour que les prix des opérations immobilières soient adaptés. Nous travaillons pour développer une offre de logement diversifié : du collectif, de l’individuel, du lot libre.

3) La ville que nous voulons, c’est une ville durable et démocratique

Une vivre durable, c’est une ville qui reste compacte : l’extension horizontale de zones pavillonnaires à l’infini n’est pas un modèle de ville soutenable :

  • cela augmente les déplacements en voiture et donc les bouchons et les problèmes de stationnement, particulièrement dans la ville centre
  • cela produit des gaz à effet de serre
  • cela engendre des coûts de voirie, de réseau et d’équipements publics déraisonnables.

Une ville durable, c’est une ville qui assume parfois de la compacité dans son paysage, autour de ces centralités dont je parlais tout à l’heure. C’est une ville appuyée sur un puissant réseau de transports en commun, et nous pouvons réjouir ensemble aujourd’hui du succès de la Stran et de l’aventure Helyce.

Une ville démocratique, c’est une ville qui explique ces évolutions et les co-construits avec ses habitants.

Je sais que certaines des orientations que j’ai exposée et les constructions de logement par lesquelles elles se traduisent sont parfois craintes dans certains quartiers et mêmes contestées parfois. Dans une période de crise, sa maison, son logement, son environnement immédiat, c’est une sécurité, c’est ce cocon qui nous protège, et le changement autour de soi ‘est parfois déstabilisant. Nous connaissons les attentes relatives à la préservation de la qualité paysagère et urbaine de nos quartiers. Nous y sommes attachés et nous l’avons démontrés dans nombres d’opérations :  Ville-Ouest, Place Laborde, Primevère…

Nous avons écouté. Nous avons entendu les craintes et nous allons continuer d’affiner les projets de renouvellement urbain notamment sur Sautron et Montesquieu. Mais je dois vous dire ce soir chers collègues que nous respecterons le cadre des engagements que nous avons pris démocratiquement devant les Nazairiens, et ce cadre est notre ligne de conduite. Cela ne nous empêchera pas, bien au contraire, de faire vivre la concertation et la démocratie locale et de débattre sur tout ce qui peut l’être dans le respect de nos engagements : sur le cadre général avec le débat qui s’engagera sur le PLU, nous avons d’ailleurs d’ores et déjà rendu ce PLU accessible sur Internet et nous engagerons très prochainement la concertation autour de la Grenellisation.

Sur chaque projet d’aménagement important comme cela a été le cas sur l’ilot Mollé, la poursuite de l’aménagement du Front de Mer, nous consulterons les Nazairiens sur leurs attentes. Sur chaque foncier de la ville nous continuerons à aller à la rencontre des citoyens pour les informer des projets et améliorer ces derniers. Dans chacun des conseils de quartier nous seront attentifs aux propositions pour plus de vivre ensemble.

Vous savez d’ailleurs à quel point, à la demande du maire, sur tous ces sujets je suis mobilisée pour améliorer la participation et la vitalité de notre débat citoyen. Mais, parce que nous sommes viscéralement attachés au principe démocratique, nous comptons respecter scrupuleusement le mandat que les Nazairiens nous ont donné et nous serons tout au long de ce mandat aussi attentifs à ceux qui détiennent les codes de la parole, de la manifestation, de la mobilisation qu’à tous les autres Nazairiens.

Chers collègues. Dans une période où chacun appelle à la mixité, au vivre ensemble, notre politique de logement est une réponse aux défis de notre territoire comme aux enjeux qui comptent pour notre pays; Face aux tentations du repli, de l’isolement, Saint-Nazaire reste fidèle à son histoire et à sa devise, elle ouvre, et personne ne fermera.

Laisser un commentaire