Contre les violences faites aux femmes, continuons à agir.


216 000 femmes sont chaque année victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire. 84 000 femmes sont chaque année victimes de viol ou de tentative de viol. Ces chiffres terrifiants sont pourtant une estimation minimale car de nombreuses victimes ne portent jamais plaintes et qu’ils ne rendent pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives qui existent au sein des couples.

Parce que le combat de la gauche ne se distingue pas du combat féministe, nous avons beaucoup œuvré depuis 2012 pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Le quatrième plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes 2014-2016 a ainsi permis d’améliore l’accueil des victimes en développant les accueils de jours. Les victimes sont également mieux protégées depuis 2012 : 3000 ordonnances de protection ont été prononcées et le téléphone d’alerte confié aux femmes en très grand danger a été généralisé. Enfin, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes s’est vu, depuis sa création en janvier 2013, confié la responsabilité d’évaluer librement les politiques publiques concernant l’égalité entre les femmes et les hommes.

Après 5 ans d’une politique volontariste, notre action doit se poursuivre et s’amplifier.

L’engagement financier de l’Etat doit être augmenté afin de permettre par exemple la création d’un fonds interministériel dédié aux violences faites aux femmes. Nous avons également besoin de produire davantage de connaissance en matière de lutte contre les violences faites aux femmes et de favoriser l’accès à l’information et au droit. Enfin, nous devons encore améliorer le pilotage des politiques de lutte contre les violences faites aux femmes notamment en rendant obligatoire l’installation d’une commission départementale en matière de violence faites aux femmes, comme nous l’avons fait en Loire-Atlantique, dans tous les départements de France.

En Loire-Atlantique, 38 000 femmes seraient victimes de harcèlement, de pressions psychologiques, de violences physiques au sein de leur couple. Pour lutter contre ces violences le Département a créé en septembre dernier un observatoire qui produira des statistiques et proposera des expérimentations concrètes.

De nombreuses structures existent pour lutter contre ces violences et accompagner les femmes qui en sont victimes. Des centres d’hébergements et des structures d’accueil et d’accompagnement existent dans la circonscription. Si vous êtes victime de violences, vous pouvez appeler le 3919, un numéro anonyme et gratuit, afin d’être accompagnée et protégée ainsi que vos enfants.

Lutter contre les violences faites aux femmes, c’est permettre à chacune d’entre nous de vivre sans crainte d’être attaquée pour le simple fait d’être une femme. C’est affirmer que les violences sexistes n’ont pas leur place dans notre société. C’est tout simplement contribuer à faire des égaux.

Laisser un commentaire