STX : Prudence, vigilance, défense de nos intérêts locaux et nationaux.


Les informations de ces derniers jours font état d’une offre unique déposée devant la justice coréenne par les chantiers italiens Fincantieri, pour le rachat d’une participation majoritaire dans STX France, ce qui suscite de légitimes inquiétudes à Saint-Nazaire.

 

A ce stade, nous devons être à la fois prudents et particulièrement vigilants quant à la défense de nos intérêts locaux et nationaux.

 

Prudents tout d’abord : la justice coréenne peut réserver des surprises, elle l’a fait à plusieurs reprises dans ce dossier. Ce peut en particulier être le cas si elle estime lundi le montant de l’offre insuffisant. Nous ne disposons évidemment pas non plus à ce jour d’informations sur un futur pacte d’actionnaires, la présence éventuelle d’autres partenaires au capital, sur le projet industriel…

 

Vigilants ensuite. L’Etat, présent au capital à hauteur de 33%,  dispose, grâce au décret Montebourg sur les investissements stratégiques, d’une capacité à bloquer un investisseur étranger qui mettrait en cause les intérêts nationaux.

 

Au-delà d’effets d’annonce, sur un “Airbus de la navale”, la revente de STX France ne doit pas se faire sans garanties pour l’emploi local, l’avenir industriel et l’indépendance maritime civile et militaire de la France. Je pense à la pérennité de l’emploi, au maintien et au développement de tous les métiers, ouvriers et cadres, présents à Saint-Nazaire (bureaux d’études, développement commercial…), à la stratégie de diversification de l’activité vers les énergies de la mer, et sur l’absence de transfert de technologies vers de futurs concurrents potentiels.

 

Faute de quoi, l’Etat devra assumer toutes ses responsabilités et envisager toutes les hypothèses, y compris celle d’une montée plus forte au capital de STX France.

Laisser un commentaire