STX : Sans accord garantissant clairement l’avenir des chantiers, la nationalisation temporaire est la meilleure option.


Des informations de presse font aujourd’hui état d’une possible nationalisation temporaire de STX France.

Depuis plusieurs mois, j’ai exprimé, comme beaucoup d’élus et de Nazairiens, certaines exigences indispensables à toute évolution de l’actionnariat des chantiers:

  • pérennité de l’emploi et garanties sur l’emploi local
  • maintien de tous les métiers, ouvriers et cadres, présents à Saint-Nazaire (bureaux d’études, développement commercial…)
  • poursuite de la stratégie de diversification de l’activité vers les énergies de la mer
  • absence de transferts de technologies vers de futurs concurrents potentiels.

À ce jour, après plusieurs mois de négociations, l’absence d’un accord clair sur ces points avec Fincantieri est préoccupante.La France, deuxième puissance maritime mondiale, seul acteur militaire global de l’Union européenne, a besoin de s’assurer de l’avenir de ses chantiers navals, et de préserver ses capacités de recherche et d’innovation.

Nous devons faire un choix sûr. L’avenir de l’industrie navale française mérite mieux que des incertitudes et des paris. Si les échanges avec Fincantieri ne permettent pas de lever ces sérieux doutes, je souhaite que l’Etat engage cette nationalisation temporaire. Elle permettrait ensuite de constituer un actionnariat autour d’un projet industriel solide, durable et offrant toutes les garanties que l’on peut attendre pour l’avenir des chantiers.

Elle serait un choix courageux face à tous les déclinologues prêts à brader notre industrie faute d’une vision exigeante et ambitieuse.

Laisser un commentaire