Partager

STX : Sans accord garantissant clairement l’avenir des chantiers, la nationalisation temporaire est la meilleure option.


publié le 31 mars 2017 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Economie


Des informations de presse font aujourd’hui état d’une possible nationalisation temporaire de STX France.

Depuis plusieurs mois, j’ai exprimé, comme beaucoup d’élus et de Nazairiens, certaines exigences indispensables à toute évolution de l’actionnariat des chantiers:

  • pérennité de l’emploi et garanties sur l’emploi local
  • maintien de tous les métiers, ouvriers et cadres, présents à Saint-Nazaire (bureaux d’études, développement commercial…)
  • poursuite de la stratégie de diversification de l’activité vers les énergies de la mer
  • absence de transferts de technologies vers de futurs concurrents potentiels.

À ce jour, après plusieurs mois de négociations, l’absence d’un accord clair sur ces points avec Fincantieri est préoccupante.La France, deuxième puissance maritime mondiale, seul acteur militaire global de l’Union européenne, a besoin de s’assurer de l’avenir de ses chantiers navals, et de préserver ses capacités de recherche et d’innovation.

Nous devons faire un choix sûr. L’avenir de l’industrie navale française mérite mieux que des incertitudes et des paris. Si les échanges avec Fincantieri ne permettent pas de lever ces sérieux doutes, je souhaite que l’Etat engage cette nationalisation temporaire. Elle permettrait ensuite de constituer un actionnariat autour d’un projet industriel solide, durable et offrant toutes les garanties que l’on peut attendre pour l’avenir des chantiers.

Elle serait un choix courageux face à tous les déclinologues prêts à brader notre industrie faute d’une vision exigeante et ambitieuse.

STX : Prudence, vigilance, défense de nos intérêts locaux et nationaux.


publié le 30 décembre 2016 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Economie Industrie


Les informations de ces derniers jours font état d’une offre unique déposée devant la justice coréenne par les chantiers italiens Fincantieri, pour le rachat d’une participation majoritaire dans STX France, ce qui suscite de légitimes inquiétudes à Saint-Nazaire. Lire la suite “STX : Prudence, vigilance, défense de nos intérêts locaux et nationaux.”

Le 6 mai, François Hollande portera les espoirs des jeunes de France


publié le 23 avril 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Avec 29% des suffrages chez les 18-24 ans et 32% chez les 25-34 ans, François Hollande est arrivé en tête des votes chez les jeunes au premier tour. Ce pourcentage représente un soutien franc et massif à l’égard de notre candidat et de ses propositions, démentant certains pronostics et enquêtes sur le vote des jeunes.

Alors que la précarité frappe les jeunes, il est de notre responsabilité de leur permettre de vivre dignement et de s’épanouir pleinement. François Hollande a bien répondu à leurs attentes en faisant de la jeunesse le cœur de sa campagne.

François Hollande apporte de vraies solutions pour redonner l’espoir aux jeunes de France.

L’accès à l’emploi sera une priorité par la création de 500 000 contrats de génération et de 150 000 emplois d’avenir.

La construction de 40 000 logements étudiants, la mise en œuvre d’une caution solidaire et l’encadrement du montant des loyers à la location et à la relocation seront des conditions nécessaires à l’accession au logement.

Pour faciliter la poursuite d’études, une allocation sous conditions de ressources sera mise en place dans le cadre d’un parcours d’autonomie.

Et, parce qu’il faut aussi lutter contre les inégalités et l’échec scolaire dès le plus jeune âge, l’école de la République sera refondée.

Toutes ces mesures permettront d’offrir des solutions concrètes aux jeunes de nos quartiers populaires, de nos campagnes, de nos villes.

Pendant 5 ans, le candidat sortant a maltraité la jeunesse de notre pays. Nous appelons à une grande mobilisation des jeunes de France pour le second tour afin de faire, enfin, de la jeunesse une grande cause nationale.

Rencontre avec le collectif “Pour un Big Bang des Politiques Jeunesse”: les engagements de François Hollande pour la Jeunesse


publié le 13 avril 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse Vie associative


Communiqué de Laurianne Deniaud, conseillère jeunesse de François Hollande

Alors que les jeunes se trouvent dans des situations de précarité de plus en plus durables et qu’ils peinent à trouver leur place dans la société, François Hollande a reçu une délégation du collectif signataire du « Big Bang des Politiques Jeunesse ».

Fort de 66 signataires (organisations nationales, mutuelles, organisations de jeunesse, structures d’insertion…), ce collectif représente un observatoire complet et expérimenté des politiques menées en faveur des jeunes.

Nous partageons le même constat : il est urgent d’agir pour lutter contre la précarité qui frappe durement les jeunes. Il est temps d’en finir avec l’accumulation de mesurettes et d’effets d’annonce et de construire de vraies politiques publiques concertées en direction des jeunes. Afin de préparer dignement leur avenir, c’est dès à présent qu’il faut offrir aux jeunes les conditions qui leur permettront d’être des acteurs du changement et de participer au redressement du pays.

Cette rencontre a été l’occasion de réaffirmer la priorité de François Hollande : celle de donner la possibilité à chaque jeune de France de trouver et prendre toute sa place dans la société.

L’éducation sera une priorité avec la refondation du système éducatif. Le système de l’information, de l’orientation et de l’insertion sera repensé et territorialisé. Aucun jeune de 16 à 18 ans ne sera laissé sans solution. Un droit à un capital formation de 800 heures, mobilisable immédiatement, sera créé.

Une allocation sous conditions de ressources sera mise en place dans le cadre d’un parcours d’autonomie pour les jeunes étudiants et en formation.

La participation des jeunes à la vie de la cité sera encouragée : montée en charge du service civique, prise de responsabilité dans la vie politique, associative, etc.

L’accès à l’emploi sera facilité par la création de 500 000 contrats de génération et de 150 000 emplois d’avenir.

L’accès au logement sera facilité par la construction de 40 000 logements étudiants, la mise en œuvre d’une caution solidaire et l’encadrement du montant des loyers à la location et la relocation.

L’accès à la contraception et à l’IVG sera garanti, notamment par la mise en place d’un forfait mineur contraception.

Les enjeux de ces politiques sont cruciaux pour l’avenir de notre société : il est urgent d’agir pour la solidarité, la réconciliation, le rassemblement et de refuser que s’installe une rupture générationnelle dans notre pays.

François Hollande s’est engagé à co-construire les politiques publiques, notamment en matière de jeunesse, avec les acteurs concernés (associations, collectivités territoriales…), et à mener avec ces acteurs une évaluation régulière des politiques en direction de la jeunesse.

La mobilisation de tous est la condition qui permettra aux jeunes de mieux vivre en 2017 qu’aujourd’hui.

Communiqué suite aux déclarations de Luc Châtel


publié le 4 avril 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Vie associative


Communiqué de presse de Thierry Jeantet, Responsable du Pôle Economie Sociale et Solidaire dans l’équipe de campagne et Laurianne Deniaud, Chargée de la Jeunesse dans l’équipe de campagne

La déclaration du ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative au Conseil des ministres du 3 avril démontre quelle politique restrictive et plus encore régressive a été conduite par Nicolas Sarkozy à l’égard des associations. Elles ont, de fait, souffert tout au long des cinq années de sa présidence d’une réduction des subventions d’Etat et d’un étranglement financier mettant à mal leurs projets et l’action de leurs bénévoles, malgré tous les efforts des collectivités territoriales pour compenser cette situation. Le dialogue dont se vante le gouvernement a été réduit à sa plus simple expression et les attaques répétées du candidat Sarkozy contre les corps intermédiaires ces derniers jours suffisent à souligner dans quel mépris il tient les associations.

François Hollande a eu raison de rappeler que la loi de 1901, fondatrice des associations, est un pilier de la République et qu’il est temps de valoriser l’apport des 16 millions de bénévoles associatifs, des salariés qui travaillent avec eux, à la construction de l’intérêt général, de la cohésion sociale et d’une démocratie active.

Ces femmes et ces hommes innovent tous les jours pour créer du lien social, inventer des solutions pour les personnes fragilisées, animer des territoires sur le plan culturel et sportif, faire de l’accompagnement scolaire…

C’est pourquoi François Hollande s’est engagé à recevoir, s’il est élu, le monde associatif chaque année, afin de s’appuyer sur leurs expériences et leurs compétences. Il a de plus annoncé que les financements du monde associatif seront renforcés et les modalités diversifiées et sécurisées afin de favoriser l’innovation sociale. Les 150 000 emplois d’avenir qui seront mis en place, devant être essentiellement associatifs, participeront également au soutien de la vitalité associative.

Le changement passera par une mobilisation citoyenne, avec toutes celles et ceux qui font la vie associative !

Discours de Nicolas Sarkozy sur les jeunes: le vide ne masquera pas l’échec


publié le 1 avril 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Communiqué de presse de Vincent PeillonResponsable du pôle Education, Jeunesse, Enseignement supérieur et Recherche et Laurianne Deniaud, Responsable jeunesse

 

Nicolas Sarkozy à une nouvelle fois montré hier devant les jeunes UMP à quel point il est déconnecté de la réalité des jeunes de notre pays.

Incapable d’apporter des réponses concrètes aux problèmes de la jeunesse de France, le candidat sortant a essentiellement porté des constats grandiloquents sur le bonheur, l’humanité, la morale, la civilisation, l’amour et la beauté, la culture. Les jeunes de France n’attendent pas qu’on les berce d’envolées lyriques paternalistes, ils veulent du concret.

Sa seule proposition en 45 minutes de discours pour une “Banque des jeunes”, sans qu’aucune modalité n’en soit détaillée, montre l’acharnement de la droite à construire des dispositifs spécifiques alors que les jeunes ont surtout besoin d’un accès égal à l’emploi, à la formation et aux banques existantes.  On peut s’interroger sur le but réel de cette proposition : est-ce un pas vers l’endettement des jeunes comme modèle de financement des études ?

Le candidat de 2012 a totalement ignoré les priorités des jeunes. Il a donc passé sous silence tout ce qu’il promettait pourtant aux jeunes en 2007.

Alors qu’il est le président de la hausse du chômage des jeunes, Nicolas Sarkozy n’a ainsi pas une seule fois évoqué le taux de chômage historiquement élevé, la précarité dans l’emploi, n’a pas proposé une seule solution aux difficultés d’accès au logement des jeunes, ni sur la difficulté d’accéder aux soins. Il n’a pas non plus évoqué une seule solution pour les banlieues, lui qui avait pourtant promis en 2007, un grand plan Marshall.

N’étant pas à une contradiction près, le candidat sortant a même fustigé, dans une énième envolée caricaturale sur l’assistanat, le RSA Jeunes que son propre gouvernement a mis en place en 2010.

A moins de 30 jours de l’élection, le programme de Nicolas Sarkozy n’est pas encore écrit semble-t-il. La place des jeunes est déterminante pour l’avenir de notre pays, et seul François Hollande propose, par des dizaines de mesures concrètes, de faire à la jeunesse la place qu’elle mérite.

Publication du Rapport de l’Observatoire de la Jeunesse Solidaire : la jeunesse, priorité de la campagne électorale


publié le 29 mars 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Le 4 e rapport de l’Observatoire de la Jeunesse Solidaire livre des résultats sans ambiguïté : 70% des Français estiment que la place accordée aux enjeux liés à la jeunesse pèsera lourdement dans leur choix de candidat.

Le verdict est sans appel pour la droite : les Français ont le sentiment que les politiques publiques de ces dix dernières années n’ont pas été menées en faveur de la jeunesse.

Les jeunes, notamment ceux des quartiers, en paient le prix fort. Alors que 75% des Français ont une image positive des jeunes en les considérant comme étant actifs, motivés, courageux et respectueux des règles, ce pourcentage tombe à 43% pour les jeunes de banlieue, laissant la place aux clichés que nous connaissons et à la stigmatisation.

8 Français sur 10 considèrent que les politiques publiques ont un rôle à jouer dans la réduction des inégalités sociales entre les jeunes, avec pour priorités l’insertion professionnelle et l’éducation.

François Hollande a, justement, fait de la jeunesse l’enjeu principal de sa campagne et la grande priorité de son prochain quinquennat. Son premier combat sera celui de l’emploi avec la création de 150 000 emplois d’avenir, le lancement du contrat de génération et la lutte contre les emplois précaires. Sa priorité donnée à l’école et à sa refondation s’inscrit également dans cet objectif.

80 % des jeunes inquiets pour leur avenir: rétablissons la confiance avec François Hollande


publié le 15 mars 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Dans un sondage Viavoice réalisé pour Libération, 80 % des jeunes interrogés se disent inquiets pour leur avenir. Ce chiffre, alarmant, est le fruit d’une politique qui exclut les préoccupations des jeunes de France. C’est le bilan du président sortant.

70% des jeunes estiment que l’école “prépare mal au monde du travail” et qu’elle “ne donne pas les mêmes chances à tout le monde”. C’est une réalité, les inégalités sont fortes et l’insertion professionnelle a été l’une des nombreuses oubliées du quinquennat qui s’achève.

François Hollande s’engage à refonder l’école de la République et à favoriser l’insertion des jeunes en créant 150 000 emplois d’avenir et en mettant en place le Contrat de génération qui permettra aux jeunes d’être employés en CDI tout en profitant des savoir-faire des personnes plus expérimentées. François Hollande veut recréer les liens entre les générations, tout en créant des emplois stables pour les jeunes.

De nombreux jeunes sont, en France, confrontés au décrochage scolaire à la précarité. François Hollande s’est engagé à ce qu’aucun jeune de 16 à 18 ans ne soit laissé sans solution. Il s’agira d’une nouvelle obligation pesant sur la puissance publique.

En mettant la jeunesse au centre de son projet, François Hollande veut répondre aux inquiétudes des jeunes et demandera à être jugé en fin de mandat sur un engagement clair : que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012.

16 millions d’associatifs en France, ce que François Hollande leur propose


publié le 12 mars 2012 - Commentaires : 2 - Catégories : Communiqué de presse Vie associative


Invité de la Conférence permanente de la coordination associative (CPCA) pour l’événement “Les associations face aux candidats à l’élection présidentielle”, François Hollande a déclaré : « La plus belle des associations, c’est la République qui rassemble l’ensemble des Français et vise l’intérêt général ».

Après avoir salué les 16 millions de bénévoles impliqués dans le tissus associatif français, François Hollande a pris les engagements suivants, s’il est élu président de la République :

  • il s’engage à rencontrer lui-même, une fois par an, l’ensemble du monde associatif pour évaluer les politiques publiques et pour favoriser l’engagement des citoyens et à consulter les associations dans le cadre de la préparation de l’acte 3 de la décentralisation.
  • il s’engage à sécuriser les financements associatifs en tenant compte de leur spécificité, en renforçant la pluriannualité et la diversité des sources de financements, y compris le don.
  • il s’engage à favoriser la validation des acquis de l’expérience et à créer un “congé engagement” pour permettre aux responsables associatifs de disposer d’une disponibilité au sein de leur entreprise.
  • il s’engage à créer 100.000 services civiques en respectant l’esprit d’engagement de ce dispositif.
  • il s’engage à créer 150.000 emplois d’avenir, essentiellement des emplois associatifs.

Interrogé sur les trois mots qui caractérisent, selon lui, les associations, François Hollande a répondu : “Intérêt général, engagement et utilité”.

Par Laurianne Deniaud, responsable jeunesse et Thierry Jeantet, responsable du pôle économie sociale et solidaire

Forfait Mineur Contraception – Déclarations de Jeannette Bougrab: mauvaise foi ou ignorance?


publié le 9 mars 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


«C’est un peu agaçant de voir que des choses sont faites et qu’elles ne sont pas relevées, M. Hollande semble découvrir cette question, qui est un sujet difficile», a déclaré Jeannette Bougrab en réaction à l’engagement de François Hollande de mettre en place un “forfait mineur contraception”.

Cette déclaration démontre une nouvelle foi que la mauvaise foi de Jeannette Bougrab n’a d’égal que le vide affligeant de son bilan de secrétaire d’Etat à la jeunesse et son ignorance des positionnements de son gouvernement.

Garantir aux mineur(e)s un accès libre et gratuit à la contraception est un combat mené depuis longtemps par les socialistes, mais combattu par la majorité présidentielle. Nora Berra, secrétaire d’Etat à la santé, y exprimait d’ailleurs, il y a quelques jours encore, son opposition.

Reconnaissons toutefois le mérite à Jeannette Bougrab de noter le fait que “des choses sont faites et ne sont pas relevées”. Trois régions socialistes ont en effet déjà créé des “Pass contraception”, malgré l’opposition conservatrice menée par l’UMP contre ces opérations.

François Hollande, constant et ferme sur les positions socialistes, s’engage à créer au lendemain de l’élection un “forfait mineur contraception”, garantissant l’anonymat et la qualité de la prise en charge. Cet engagement répond à une véritable attente partagée par de nombreux professionnels et associations et à une problématique essentielle de santé publique, ignorée par la droite depuis 10 ans.