Partager

Construire l’égalité réelle entre femmes et hommes


publié le 13 mars 2017 - Commentaire : 0 - Catégories : Egalité femmes-hommes Propositions Une


Droits des femmes, égalité, lutte contre les violences : découvrez les positions que je défendrai si je suis élue.
Lire la suite “Construire l’égalité réelle entre femmes et hommes”

Contre les violences faites aux femmes, continuons à agir.


publié le 25 novembre 2016 - Commentaire : 0 - Catégories : Egalité femmes-hommes


216 000 femmes sont chaque année victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire. 84 000 femmes sont chaque année victimes de viol ou de tentative de viol. Ces chiffres terrifiants sont pourtant une estimation minimale car de nombreuses victimes ne portent jamais plaintes et qu’ils ne rendent pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives qui existent au sein des couples. Lire la suite “Contre les violences faites aux femmes, continuons à agir.”

Atelier législatives : ce que vous avez dit


publié le 11 novembre 2016 - Commentaire : 0 - Catégories : Culture Economie Education Egalité femmes-hommes Jeunesse Laïcité Législatives


Oui, je soutiens Laurianne.




Jeudi 3 novembre, plus d’une quarantaine de militants ont participé à l’Atelier législatives que j’organisais dans le cadre de la campagne interne pour la candidature aux législatives de juin prochain. J’ai voulu engager ce travail, car je crois que nous ne pouvons plus faire de la politique comme avant, en vase clos. Lire la suite “Atelier législatives : ce que vous avez dit”

Sous les galets, la laïcité.


publié le 25 août 2016 - Catégories : Egalité femmes-hommes Extrême-droite Laïcité


En cet été 2016, la France glisse de plus en plus vite dans le piège tendu par deux extrémismes, religieux et identitaire qui oeuvrent sur son sol contre la République et qui rêvent d’un face-à-face final, débarrassées des républicains, des démocrates, des laïques.

Une extrême-droite religieuse intégriste islamiste et une extrême-droite nationaliste et raciste. Les deux se nourrissent des avancées et de la peur, du rejet que suscite l’autre. Lire la suite “Sous les galets, la laïcité.”

Culture : le FN instrumentalise les droits des femmes pour ses rêves de censure.


publié le 7 août 2015 - Commentaire : 0 - Catégories : Culture Egalité femmes-hommes Extrême-droite Saint-Nazaire


Descales-2015-projection-01_1epuis plusieurs semaines, le FN cherche à créer une polémique sur la présence de Joey Starr aux festival les Escales à Saint-Nazaire.

Réglons tout de suite la question de fond : si Joey Starr a été condamné pour des faits de violences à plusieurs reprises, ce n’est pas une raison pour que l’artiste soit l’objet d’une fatwa et que sa musique ne puisse plus être jouée. Et une personne condamnée ne doit l’être qu’à sa peine, et pas être exclue de notre société.

 

Alors pourquoi cette campagne du FN ? La réalité, c’est qu’en se drapant dans la défense des droits des femmes pour conspuer la présence de Joey Starr aux Escales, le FN se travestit pour véhiculer d’autres idées. Car ne nous y trompons pas, le FN n’est pas l’ami des droits des femmes.

C’est le parti qui s’est battu pendant des décennies contre l’IVG et qui veut maintenant la rendre inaccessible aux femmes les plus pauvres.

Quand il parle de droits des femmes, le FN n’est pas à son aise, dépeignant cet engagement en “quasi-féminisme”, en parlant de “minorité catégorielle”. Là où j’assume, avec mes camarades,avec fierté le combat féministe, celui d’une majorité qui n’accepte pas les inégalités dont les femmes sont victimes, on sent le terme employé presque avec dégoût dans leur tribune.

Ce positionnement n’est donc pas celui d’un engagement réel et sincère,  il est purement opportuniste, car il permet en réalité au FN d’habiller ses intentions en matière de culture et de justice d’un vernis plus reluisant.

 

le double discours du FN sur la culture...
Le double discours du FN sur la culture…

Les frontistes se sentent d’ailleurs si mal à l’aise par rapport à la vérité des intentions du FN sur le sujet qu’ils cherchent à se défaire du problème en quelques mots : “Critiquer la programmation présenterait le risque de légitimes accusations : « réactionnaires », « police culturelle »… Le festival est reconnu de la majorité des Nazairiens pour sa qualité et son éclectisme, consacrant chaque édition à un pays en particulier (ainsi, la Turquie en 2014). Qu’il le reste.” 

 

Que fait pourtant le FN ? Il critique la programmation d’un artiste, libre choix de l’association organisatrice du festival. L’année passée, le choix de la Turquie n’était d’ailleurs pas du goût du Front National, qui se déchaînait sur les réseaux sociaux sur la présence de minarets dans les décors du festival, ou qui regrettait l’absence de préférence nationale dans la programmation.

Pour le FN, la culture est toujours suspecte. Cet été, les frontistes auront par exemple demandé la censure de maître Gims ou cherché à obliger les artistes en résidence à Fréjus à faire de la garde d’enfants. Pour les frontistes, la culture ne peut être qu’aux ordres d’un message politique folkloro-traditionaliste ou réactionnaire. Comme à Fréjus, encore, où c’est un groupe de “rock identitaire” nationaliste qui s’est produit dans les arènes.

La culture est faite pour nous bousculer, nous déranger. Il n’est pas besoin d’épouser la vie, les tourments, les grandeurs, les faiblesses, les fautes ou les crimes parfois, des artistes. C’est l’oeuvre qui interroge, qui agrandit le regard que l’on porte au monde, qui nous interpelle. C’est un même principe qui est essentiel pour vivre en démocratie : la place faite au doute, à la critique, à l’opposition. Je n’ai pas à soutenir les thèses et la vie de Céline pour souhaiter que ses livres soient dans les bibliothèques de ma ville, quand les mairies FN censurent les leurs.

Et s’il faut employer de faux papiers féministes pour mieux faire passer la pilule, les frontistes n’y auront aucun scrupule, pas plus qu’ils n’en ont pour dévoyer la laïcité, pour stigmatiser les musulmans tout en étant les amis des catholiques intégristes. C’est le même procédé que tente le FN avec les ouvriers, grimant le parti ultralibéral des héritages douteux de Saint-Cloud en habitués de Méan-Penhoët, cherchant obstinément à dénigrer son adversaire… Là encore, les mots sonnent faux.

Nous sommes fiers d’être les socialistes de Saint-Nazaire. Une ville ouvrière et pas “ouvriériste”, populaire, ouverte, diverse. Une ville où la gauche continue à rassembler largement. Et nous sommes fiers de ne pas être les censeurs que rêveraient d’être les frontistes.

Avec la gauche, les droits des femmes c’est toute l’année !


publié le 8 mars 2014 - Commentaire : 0 - Catégories : Egalité femmes-hommes Saint-Nazaire


Capture d’écran 2014-03-08 à 18.52.51La journée internationale des droits des femmes est un temps important, qui doit nous pousser à nous souvenir et à nous projeter dans l’avenir.

Se souvenir, car cette journée du 8 mars est l’occasion de nous souvenir des combats que des femmes et des hommes mènent depuis des siècles pour l’égalité. Les combats féministes bien sûr mais aussi tous les combats où femmes et hommes furent acteurs de l’histoire. Je pense bien sûr à Germaine Tillon et Geneviève de Gaulle-Anthonioz qui seront bientôt les premières femmes à entrer au Panthéon. Je pense à toutes celles qui ont refusé l’ordre établi et le patriarcat et se sont battues pour l’égalité et la reconnaissance de leurs droits.

Mais je pense surtout à ces jeunes femmes qui s’engagent aujourd’hui contre un machisme qui a cessé d’être rampant et prend toute sa place, dans nos rues comme à la télévision. Je pense à ces femmes qui se mobilisent en France pour l’égalité professionnelle et contre le harcèlement de rue. Je pense à ces jeunes espagnoles qui manifestent pour protéger le droit à l’avortement. Je pense à toutes ces femmes qui se mobilisent contre l’excision ou les mariages forcés.

Partout où l’obscurantisme prend le pouvoir, partout où les fanatiques de la loi divine sont persuadés de devoir préserver coûte que coûte un soi-disant ordre naturel, prétexte à tous les fantasmes rétrogrades,   les droits des femmes sont remis en cause et le chemin vers l’égalité détourné. Les militants de l’égalité ne doivent jamais baisser la garde.

Défendre les droits acquis est une nécessité mais se mobiliser pour en conquérir de nouveaux l’est aussi. C’est pourquoi cette journée internationale des droits des femmes doit aussi être un moment de revendication.

Il s’agit aujourd’hui, tout en consolidant les grands acquis du 20ème siècle, de porter les grands enjeux du féminisme du 21ème siècle. Il y a urgence à aller de l’avant alors que les femmes gagnent encore en moyenne un salaire de 24% inférieur à celui des hommes et que près de 400000 femmes ont été victimes de violences conjugales en 2011 et 2012 dans notre pays.

Face à cela, la gauche assume clairement son engagement féministe et la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, portée par Najat Vallaud-Belkacem en est l’incarnation. Elle obligera les entreprises à négocier sur l’égalité professionnelle, dans un objectif de réduction des inégalités de rémunération. Elle créera un indicateur des écart de promotion afin de lutter contre le plafond de verre auquel se heurtent les femmes dans le déroulé de leur carrière.

La Ministre des Droits des femmes a également porté la mise en place d’un plan global de lutte contre les violences faites aux femmes qui passe notamment par un doublement du budget qui y est consacré. Enfin alors que la droite espagnole remettait en cause le droit à l’avortement, la France l’a réaffirmé, mettant dans le même temps fin à la mention dans la loi de la situation de « détresse » dans laquelle se trouverait nécessairement une femme souhaitant recourir à l’IVG.

Cet engagement féministe, je le porte au fond de moi, il est aux sources même de mon engagement. Je suis fière aujourd’hui de porter cet engagement dans la campagne municipale à Saint-Nazaire. Avec David Samzun, nous nous donnons  comme  ambition de faire de la ville de Saint-Nazaire une ville pionnière en matière d’égalité. Plan de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, mise en place d’une évaluation visant à réduire les  écarts de salaires entre les femmes et les hommes dans les structures municipales, formation des agents municipaux et développement des contenus pédagogiques pour l’apprentissage de l’ égalité sur les temps péri-éducatifs sont autant d’engagements concrets pour participer à notre niveau à la conquête de l’égalité femmes-hommes.

2012: le féminisme, c’est maintenant!


publié le 8 mars 2012 - Commentaires : 2 - Catégories : Egalité femmes-hommes


J’ai souvent eu l’occasion de m’exprimer sur l’importance que revêt pour moi le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes et je voudrais profiter de cette journée du 8 mars pour revenir sur ce qui est l’un des fondement de mon engagement, un combat qui connait aujourd’hui un renouveau d’une force incroyable.

Les manifestations à l’occasion de la journée internationale des droits de la femmes, comme toutes les mobilisations en faveurs de l’égalité entre les femmes et les hommes et pour les droits des femmes, ont toujours eu pour moi une résonnance particulièrement forte. Féministe, je le suis depuis l’enfance, même si je n’en ai pris conscience que plus tard, à l’adolescence. Ma mère nous a montré tôt, à ma sœur et moi, que même seule une femme est capable de réussir sur tout les fronts, professionnellement, affectivement et dans sa famille. Mais quand je cherche un exemple de féminisme autour de moi, c’est à ma grand-mère que je pense en premier lieu. Une femme qui, à une époque où cela ne se faisait pas, a eu le courage de quitter son mari, de commencer à travailler, d’élever seule ses enfants pour conquérir le bonheur, la seule chose qui encore aujourd’hui vaut, à ses yeux, la peine de tout sacrifier. J’ai été élevée par ces femmes fortes qui m’ont donné la volonté de changer le monde pour les Hommes mais aussi pour les femmes.

Mais, comme beaucoup de jeunes femmes, les discriminations et vexations quotidiennes m’ont également beaucoup renforcée dans mon féminisme. Les regards, les sifflets, les commentaires désobligeants qui n’ont rien de spirituels et sont au contraire profondément humiliants me mettent toujours profondément en colère, mais me donnent aussi un supplément de volonté me battre. Le monde politique n’est malheureusement pas non plus exempt de ses, nombreux, machistes, persuadés qu’une femme n’a pas à être écoutée, encore moins respectée. Je voudrais rendre hommage aux nombreuses femmes ministres, députées et sénatrices qui ont souvent dû se battre pour se voir confier d’autres responsabilités que les affaires sociales ; en effet au quotidien outre pour tenir le rôle de la jolie plante verte la vie politique ne fait pas toujours vraiment de place aux femmes.
Pour la première fois cette année, le Parti Socialiste présentera autant de femmes que d’hommes aux élections législatives. C’est un grand pas vers l’égalité et nous devrons être vigilants pour que la parité ne passe pas à la trappe des accords de second tour. En effet, on ne peut pas faire le changement dans notre pays quand on ne se l’impose pas à soit même.

Mais malgré les contre-exemples qui tendent d’ailleurs, le temps passant, à disparaître, je suis certaine d’une chose on ne peut pas être socialiste sans être féministe ; ou alors on prend le risque de l’incohérence.
Lorsqu’on est socialiste on se bat pour l’égalité, on lutte contre les discriminations, on veut permettre à chacun de se réaliser selon ses choix, ses envies et sans avoir à se battre contre le poids de la société.

Des femmes, et quelques hommes, ont porté ces combats tout au long du 20ème siècle et nous en sommes aujourd’hui les héritiers. Nous avons des acquis à défendre et des droits à conquérir.
Des acquis à défendre parce que la droite a, dix ans durant, mis en danger le droit des femmes à disposer de leur corps en sabrant dans les subventions aux associations, et notamment au Planning Familial, en remettant en cause le droit à l’IVG et en faisant des maternités des centres de bébés à la chaines. Rien d’étonnant pour des gens qui gouvernent avec la bénédiction de la droite catholique intégriste mais dramatiques pour des millions de femmes.

Mais nous avons aussi des droits à conquérir. Car malgré les nombreuses lois en vigueur l’égalité des salaires n’est toujours pas faite ! Ce doit être l’une de nos première revendication, avec le droit à disposer de son corps : à travail égal, salaire égal ! Et avec François Hollande les socialistes ont pris l’engagement d’en faire une priorité absolue. Cela passera aussi par la parité dans tous les lieux de pouvoir, François Hollande a pris l’engagement d’un gouvernement paritaire ; nous devrons progressivement aller plus loin et faire la parité dans les Conseils d’Administrations des grandes entreprises et à la direction des missions de service public. Mais il faudra également repenser l’organisation de la société pour que les femmes n’aient à choisir entre la maternité et une vie professionnelle, il faut rouvrir la scolarité dès deux ans, et créer des places en crèches. Je suis certaine qu’en voyant de plus en plus de femmes capables de prendre du plaisir à élever leurs enfant et à mener leur carrière professionnelle, tous les hommes auront envie de cette réussite eux aussi.

La relève féministe existe, elle constitue des associations, se mobilise dans nos quartiers, écrit des livres, elle se bat au quotidien aux côtés des « historiques ». Ces femmes du MLF et du Planning Familial qui ont connu les avortements clandestins et les voyages en Hollande pour se débarrasser d’un embryon non-désiré, dont les mères n’avaient pas le droit de voter ni d’avoir un compte en banque. Elles nous rappellent à quel point la conquête des droits des femmes est une lutte quotidienne et fragile, et sont à nos côtés aujourd’hui dans la conquête de nouveaux droits que les récents exemple de restrictions dans l’Union Européenne rendent encore plus précieux.

Avec François Hollande faisons le choix de l’égalité, parce qu’en 2012 le féminisme, c’est maintenant !

Témoignage dans Be sur le sexisme en politique


publié le 14 juin 2011 - Commentaire : 0 - Catégories : Egalité femmes-hommes


Je vous propose de retrouver mon témoignage dans Be cette semaine, à propos du sexisme en politique :


“Il existe une forme d’autocensure”

“J’ai expérimenté le sexisme dans le monde politique, et c’est le même que dans la vie courante. En effet, il y a des regards qui peuvent mettre mal à l’aise le jour où l’on est habillée plus court que d’habitude. Il arrive aussi qu’à la fin d’une réunion, les hommes s’intéressent plus à ma tenue vestimentaire qu’à ce que je viens d’énoncer. En général, je réplique par une phrase du genre : “T’es pas mal non plus, aujourd’hui !” Enfin, je pense qu’il existe une forme d’autocensure. Lorsque les femmes occupent des postes à responsabilité, j’ai le sentiment qu’elles se demandent si elles sont compétentes. C’est ce qui m’est arrivé lorsqu’on m’a parlé de prendre la présidence du MJS.”

Petit stream entre amis sur Europe 1


publié le 23 avril 2011 - Commentaire : 0 - Catégories : Egalité femmes-hommes Vidéos


Invitée par David Abiker dans Petit stream entre amis sur Europe 1, je suis revenu sur mon engagement, sur l’actualité, et j’ai répondu aux questions des internautes. Je vous propose de retrouver la vidéo de l’émission.

Être féministe au 21e siècle (4/4)


publié le 12 mars 2011 - Catégories : Egalité femmes-hommes


Suite de l’article « Être féministe au 21e siècle » (3/4)

Être féministe au 21ème siècle c’est donc militer au quotidien pour l’égalité salariale, et les socialistes revenus au pouvoir devront prendre des mesures claires pour que définitivement femmes et hommes obtiennent le même salaire pour le même travail. Mais c’est aussi plus globalement lutter contre le sexisme dans les entreprise. C’est refuser de voir des jeunes femmes qui passé 25 ans sont embauchées pus difficilement que leurs collègues masculins car leur patrons craint de les voir enceintes puis encombrées par des enfants qui nécessiterait qu’elle quitte leur travail pour aller les chercher à l’école lorsqu’ils sont malades où que la baby-sitter a un empêchement… A croire que la plupart des enfants n’ont pas de papas ou bien que les papas ne connaissent pas le chemin de l’école de leurs enfants ! C’est aussi refuser qu’un nombre toujours plus grand de femmes se voient imposer le temps partiel, sous le prétexte fallacieux que « ce serait plus pratique pour les enfants ». Il faudra légiférer pour punir les entreprises qui pratiquent ce genre de différenciation, notamment en créant un malus pour les entreprises qui ne respectent pas l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes.
Lire la suite “Être féministe au 21e siècle (4/4)”