Partager

Atelier législatives : ce que vous avez dit


publié le 11 novembre 2016 - Commentaire : 0 - Catégories : Culture Economie Education Egalité femmes-hommes Jeunesse Laïcité Législatives


Oui, je soutiens Laurianne.




Jeudi 3 novembre, plus d’une quarantaine de militants ont participé à l’Atelier législatives que j’organisais dans le cadre de la campagne interne pour la candidature aux législatives de juin prochain. J’ai voulu engager ce travail, car je crois que nous ne pouvons plus faire de la politique comme avant, en vase clos. Lire la suite “Atelier législatives : ce que vous avez dit”

Quelques heures pour convaincre ! Dimanche, faisons gagner nos villes.


publié le 21 mars 2014 - Commentaires : 2 - Catégories : Jeunesse Saint-Nazaire Socialisme


DS_banniereLa campagne du premier tour des élections municipales s’achève alors que le commentaire médiatique est entièrement tourné vers les soubresauts d’un ancien président de la République. L’outrance et le mépris des règles républicaines devrait disqualifier à jamais ce triste personnage. Quoi qu’il en soit, on a finalement assez peu parlé des enjeux réels d’une élection municipale.

Pour gérer nos villes, la gauche et la droite ce n’est pas pareil. Qu’il s’agisse du logement pour tous, des services publics, de la solidarité, de la culture, de l’organisation même de la ville, de ses quartiers et de ses espaces, de la place des transports en communs, des vélos et des voitures dans la ville (on a vu l’enjeu de santé publique cela représente ces derniers jours), il y a bien deux logiques qui s’affrontent.

La concurrence sauvage entre les territoires, le tout-privé pour la culture et les loisirs, le logement cher,  l’étalement urbain, le tout-voiture, c’est possible et la droite le montre dans bien des villes, ou le laisse entrevoir quand on lit entre les lignes de ses programmes municipaux. D’autres menaces planent. Dans sa course à l’échalote avec Marine Le Pen, le parti de MM. Copé et Sarkozy en est venu à intégrer sur ses listes des proches de la Manif “pour tous”. Voulez-vous demain qu’ils interviennent dans les bibliothèques pour censurer les livres qu’ils ne veulent pas voir sur les rayons ?

C’est bien là l’enjeu et ne nous y trompons pas. Répétons-le, car la mobilisation va être déterminante dans les prochaines heures.

A Saint-Nazaire, avec David Samzun, nous avons mené campagne autour d’un projet, avec une gauche rassemblée (PS-PCF-EELV-PRG), face à une droite fuyant les véritables débats. Alors que nous avons présenté des propositions précises et détaillées pour notre ville, construites dans un dialogue respectueux avec les citoyens, nous avons surtout récolté  des attaques personnelles. L’outrance est en train de devenir une méthode politique du côté de l’UMP et ce n’est pas bon pour notre démocratie.

Il a fallu beaucoup de motivation, de sincérité et de coeur pour faire face, et les militants qui ont frappés à des milliers de portes, multiplié les rencontres, les réunions et les actions n’en ont pas manqué. Qu’ils en soient tous remerciés, et le meeting d’hier soir en a été je crois une belle occasion.

Je crois que cette dégradation du climat ne nous a pas été réservée. J’ai suivi autant que possible les campagnes de mes amis et camarades dans toute la France. J’ai eu le plaisir de voir que beaucoup de jeunes ou d’anciens jeunes socialistes avec lesquelles j’ai pu travaillé ont trouvé toute leur place sur les listes ou dans les campagnes de notre famille politique. Et j’ai bien senti à lire des articles de presse, à consulter des programmes, à voir vos sites de campagnes ou des messages sur les réseaux sociaux à quel point vous avez pu mettre votre “patte” dans ces campagnes. C’est aussi là le résultat d’un parcours, d’une histoire, d’un savoir-faire que nous partageons, même à distance. C’est un patrimoine politique, il nous lie et nous engagera ensemble, durablement, sous des formes qui trouveront leur chemin à l’avenir, quelque soit le résultat, et je souhaite de tout coeur qu’il soit bon pour chacun d’entre vous, car je sais quelle énergie vous mettrez au service de votre ville.

Il nous reste quelques heures pour convaincre. Faisons-le comme nous avons appris à le faire, avec générosité et motivation, parce que nous savons d’où nous venons, et pourquoi nous agissons. C’est en tout cas le sens de l‘histoire que nous avons construit, ici à Saint-Nazaire.

À dimanche !

Contrôle au faciès, comment en finir ?


publié le 1 juin 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : En action Jeunesse


Une personne supposée d’origine maghrébine a huit fois plus de chances de subir un contrôle d’identité qu’une personne à la peau blanche. Ce contrôle au faciès, encouragé par la politique en matière d’immigration et le discours sécuritaire, est générateur de tensions entre les citoyens et leur police, et inefficace en termes de lutte contre la délinquance. Surtout, il est contraire à des principes constitutionnels, comme en témoigne la multiplication des recours en justice pour discrimination. Comment en finir avec cette situation ? Comment contrer la politique du chiffre et les pressions du pouvoir sur les forces de l’ordre ? Comment renouer avec une politique de sécurité républicaine ?

Avec Thierry Marchal-Beck, nous avons voulu chercher des réponses pratiques à ces questions. C’est ainsi qu’est né cet ouvrage, “Contrôle au faciès, comment en finir ?”, publié aux Petits Matins. Ce livre met en avant une solution expérimentée avec succès dans d’autres pays : l’attestation de contrôle d’identité, permettant de lutter contre les contrôles abusifs.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault s’engage avec courage sur ce sujet, suivant en cela l’engagement porté par François Hollande durant la campagne et que les Jeunes socialistes avaient imaginé et défendu lors de la construction du projet. Je m’en réjouis et j’espère que ce livre pourra être utile dans ce débat qui s’engage, pour informer et convaincre.

>> Commandez “Contrôles au faciès : comment en finir ?” [Broché – 112 P- 5 €]

Le 6 mai, François Hollande portera les espoirs des jeunes de France


publié le 23 avril 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Avec 29% des suffrages chez les 18-24 ans et 32% chez les 25-34 ans, François Hollande est arrivé en tête des votes chez les jeunes au premier tour. Ce pourcentage représente un soutien franc et massif à l’égard de notre candidat et de ses propositions, démentant certains pronostics et enquêtes sur le vote des jeunes.

Alors que la précarité frappe les jeunes, il est de notre responsabilité de leur permettre de vivre dignement et de s’épanouir pleinement. François Hollande a bien répondu à leurs attentes en faisant de la jeunesse le cœur de sa campagne.

François Hollande apporte de vraies solutions pour redonner l’espoir aux jeunes de France.

L’accès à l’emploi sera une priorité par la création de 500 000 contrats de génération et de 150 000 emplois d’avenir.

La construction de 40 000 logements étudiants, la mise en œuvre d’une caution solidaire et l’encadrement du montant des loyers à la location et à la relocation seront des conditions nécessaires à l’accession au logement.

Pour faciliter la poursuite d’études, une allocation sous conditions de ressources sera mise en place dans le cadre d’un parcours d’autonomie.

Et, parce qu’il faut aussi lutter contre les inégalités et l’échec scolaire dès le plus jeune âge, l’école de la République sera refondée.

Toutes ces mesures permettront d’offrir des solutions concrètes aux jeunes de nos quartiers populaires, de nos campagnes, de nos villes.

Pendant 5 ans, le candidat sortant a maltraité la jeunesse de notre pays. Nous appelons à une grande mobilisation des jeunes de France pour le second tour afin de faire, enfin, de la jeunesse une grande cause nationale.

Rencontre avec le collectif “Pour un Big Bang des Politiques Jeunesse”: les engagements de François Hollande pour la Jeunesse


publié le 13 avril 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse Vie associative


Communiqué de Laurianne Deniaud, conseillère jeunesse de François Hollande

Alors que les jeunes se trouvent dans des situations de précarité de plus en plus durables et qu’ils peinent à trouver leur place dans la société, François Hollande a reçu une délégation du collectif signataire du « Big Bang des Politiques Jeunesse ».

Fort de 66 signataires (organisations nationales, mutuelles, organisations de jeunesse, structures d’insertion…), ce collectif représente un observatoire complet et expérimenté des politiques menées en faveur des jeunes.

Nous partageons le même constat : il est urgent d’agir pour lutter contre la précarité qui frappe durement les jeunes. Il est temps d’en finir avec l’accumulation de mesurettes et d’effets d’annonce et de construire de vraies politiques publiques concertées en direction des jeunes. Afin de préparer dignement leur avenir, c’est dès à présent qu’il faut offrir aux jeunes les conditions qui leur permettront d’être des acteurs du changement et de participer au redressement du pays.

Cette rencontre a été l’occasion de réaffirmer la priorité de François Hollande : celle de donner la possibilité à chaque jeune de France de trouver et prendre toute sa place dans la société.

L’éducation sera une priorité avec la refondation du système éducatif. Le système de l’information, de l’orientation et de l’insertion sera repensé et territorialisé. Aucun jeune de 16 à 18 ans ne sera laissé sans solution. Un droit à un capital formation de 800 heures, mobilisable immédiatement, sera créé.

Une allocation sous conditions de ressources sera mise en place dans le cadre d’un parcours d’autonomie pour les jeunes étudiants et en formation.

La participation des jeunes à la vie de la cité sera encouragée : montée en charge du service civique, prise de responsabilité dans la vie politique, associative, etc.

L’accès à l’emploi sera facilité par la création de 500 000 contrats de génération et de 150 000 emplois d’avenir.

L’accès au logement sera facilité par la construction de 40 000 logements étudiants, la mise en œuvre d’une caution solidaire et l’encadrement du montant des loyers à la location et la relocation.

L’accès à la contraception et à l’IVG sera garanti, notamment par la mise en place d’un forfait mineur contraception.

Les enjeux de ces politiques sont cruciaux pour l’avenir de notre société : il est urgent d’agir pour la solidarité, la réconciliation, le rassemblement et de refuser que s’installe une rupture générationnelle dans notre pays.

François Hollande s’est engagé à co-construire les politiques publiques, notamment en matière de jeunesse, avec les acteurs concernés (associations, collectivités territoriales…), et à mener avec ces acteurs une évaluation régulière des politiques en direction de la jeunesse.

La mobilisation de tous est la condition qui permettra aux jeunes de mieux vivre en 2017 qu’aujourd’hui.

Discours de Nicolas Sarkozy sur les jeunes: le vide ne masquera pas l’échec


publié le 1 avril 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Communiqué de presse de Vincent PeillonResponsable du pôle Education, Jeunesse, Enseignement supérieur et Recherche et Laurianne Deniaud, Responsable jeunesse

 

Nicolas Sarkozy à une nouvelle fois montré hier devant les jeunes UMP à quel point il est déconnecté de la réalité des jeunes de notre pays.

Incapable d’apporter des réponses concrètes aux problèmes de la jeunesse de France, le candidat sortant a essentiellement porté des constats grandiloquents sur le bonheur, l’humanité, la morale, la civilisation, l’amour et la beauté, la culture. Les jeunes de France n’attendent pas qu’on les berce d’envolées lyriques paternalistes, ils veulent du concret.

Sa seule proposition en 45 minutes de discours pour une “Banque des jeunes”, sans qu’aucune modalité n’en soit détaillée, montre l’acharnement de la droite à construire des dispositifs spécifiques alors que les jeunes ont surtout besoin d’un accès égal à l’emploi, à la formation et aux banques existantes.  On peut s’interroger sur le but réel de cette proposition : est-ce un pas vers l’endettement des jeunes comme modèle de financement des études ?

Le candidat de 2012 a totalement ignoré les priorités des jeunes. Il a donc passé sous silence tout ce qu’il promettait pourtant aux jeunes en 2007.

Alors qu’il est le président de la hausse du chômage des jeunes, Nicolas Sarkozy n’a ainsi pas une seule fois évoqué le taux de chômage historiquement élevé, la précarité dans l’emploi, n’a pas proposé une seule solution aux difficultés d’accès au logement des jeunes, ni sur la difficulté d’accéder aux soins. Il n’a pas non plus évoqué une seule solution pour les banlieues, lui qui avait pourtant promis en 2007, un grand plan Marshall.

N’étant pas à une contradiction près, le candidat sortant a même fustigé, dans une énième envolée caricaturale sur l’assistanat, le RSA Jeunes que son propre gouvernement a mis en place en 2010.

A moins de 30 jours de l’élection, le programme de Nicolas Sarkozy n’est pas encore écrit semble-t-il. La place des jeunes est déterminante pour l’avenir de notre pays, et seul François Hollande propose, par des dizaines de mesures concrètes, de faire à la jeunesse la place qu’elle mérite.

Face à l’amnésie de Nicolas Sarkozy, les propositions de François Hollande pour la jeunesse


publié le 31 mars 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Jeunesse


On avait bien compris que Nicolas Sarkozy peinait à rassembler ses idées et à nous présenter enfin son projet pour l’élection présidentielle. Voilà qu’il prend ses propres difficultés pour celles des autres et tente, à l’aube de sa journée spéciale jeunesse, de nous faire croire que la vacuité de son projet serait comparable à celui de François Hollande pour les jeunes.

En effet dans une vidéo sensée ouvrir cette après-midi le meeting du président sortant, la droite voudrait faire croire, après cinq ans de mépris et d’inaction que nous aurions oublié la jeunesse.

Pour palier l’amnésie de la droite et de son candidat, rappelons ici quelques unes des grandes propositions de François Hollande qui, faut-il encore le rappeler, à depuis des mois fait le choix de mettre la jeunesse au coeur de son projet pour la France.

  • Le contrat de génération pour permettre aux jeunes de s’insérer de manière pérenne dans l’emploi.
  • Créer 150 000 emplois d’avenir.
  • Créer une allocation d’études et de formation dans le cadre d’un parcours d’autonomie.
  • Réformer l’éducation pour lutter contre l’orientation précoce et l’échec scolaire.
  • Encadrer les stages qui doivent avoir une vraie plus value pédagogique.
  • Mettre en place un système de caution solidaire qui permettent aux jeunes d’avoir accès au logement de manière autonome.
  • Construire 40000 logements étudiants sur 5 ans.
  • Lutter contre le « délit de faciès » dans les contrôles d’identité par une procédure respectueuse des citoyens
  • Mettre en place un forfait contraception pour les jeunes filles afin de garantir l’accès gratuit et anonyme à la contraception.
  • Faire un Service civique volontaire qui permette une véritable insertion professionnelle des jeunes en décrochage scolaire et professionnel.

Face à toutes ces propositions, le candidat sortant, toujours sans projet, et au bilan calamiteux a pour seule stratégie de rabaisser la campagne à son niveau. Rappelons que les cinq années écoulées ont pour les jeunes été synonymes d’augmentation du coût de la vie (frais d’inscription à l’université, logement, santé…), d’explosion de la précarité et des inégalités et d’absence de confiance en l’avenir.

Une chose est sûre, la méthode Coué tentée aujourd’hui par Nicolas Sarkozy ne rassure que lui et ne permet pas d’effacer l’inefficacité de son bilan et la vacuité de son projet.

Publication du Rapport de l’Observatoire de la Jeunesse Solidaire : la jeunesse, priorité de la campagne électorale


publié le 29 mars 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Le 4 e rapport de l’Observatoire de la Jeunesse Solidaire livre des résultats sans ambiguïté : 70% des Français estiment que la place accordée aux enjeux liés à la jeunesse pèsera lourdement dans leur choix de candidat.

Le verdict est sans appel pour la droite : les Français ont le sentiment que les politiques publiques de ces dix dernières années n’ont pas été menées en faveur de la jeunesse.

Les jeunes, notamment ceux des quartiers, en paient le prix fort. Alors que 75% des Français ont une image positive des jeunes en les considérant comme étant actifs, motivés, courageux et respectueux des règles, ce pourcentage tombe à 43% pour les jeunes de banlieue, laissant la place aux clichés que nous connaissons et à la stigmatisation.

8 Français sur 10 considèrent que les politiques publiques ont un rôle à jouer dans la réduction des inégalités sociales entre les jeunes, avec pour priorités l’insertion professionnelle et l’éducation.

François Hollande a, justement, fait de la jeunesse l’enjeu principal de sa campagne et la grande priorité de son prochain quinquennat. Son premier combat sera celui de l’emploi avec la création de 150 000 emplois d’avenir, le lancement du contrat de génération et la lutte contre les emplois précaires. Sa priorité donnée à l’école et à sa refondation s’inscrit également dans cet objectif.

80 % des jeunes inquiets pour leur avenir: rétablissons la confiance avec François Hollande


publié le 15 mars 2012 - Commentaire : 0 - Catégories : Communiqué de presse Jeunesse


Dans un sondage Viavoice réalisé pour Libération, 80 % des jeunes interrogés se disent inquiets pour leur avenir. Ce chiffre, alarmant, est le fruit d’une politique qui exclut les préoccupations des jeunes de France. C’est le bilan du président sortant.

70% des jeunes estiment que l’école “prépare mal au monde du travail” et qu’elle “ne donne pas les mêmes chances à tout le monde”. C’est une réalité, les inégalités sont fortes et l’insertion professionnelle a été l’une des nombreuses oubliées du quinquennat qui s’achève.

François Hollande s’engage à refonder l’école de la République et à favoriser l’insertion des jeunes en créant 150 000 emplois d’avenir et en mettant en place le Contrat de génération qui permettra aux jeunes d’être employés en CDI tout en profitant des savoir-faire des personnes plus expérimentées. François Hollande veut recréer les liens entre les générations, tout en créant des emplois stables pour les jeunes.

De nombreux jeunes sont, en France, confrontés au décrochage scolaire à la précarité. François Hollande s’est engagé à ce qu’aucun jeune de 16 à 18 ans ne soit laissé sans solution. Il s’agira d’une nouvelle obligation pesant sur la puissance publique.

En mettant la jeunesse au centre de son projet, François Hollande veut répondre aux inquiétudes des jeunes et demandera à être jugé en fin de mandat sur un engagement clair : que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012.